Ile Maurice: Cour - Le capitaine du Wakashio reste entre quatre murs

Il ne pourra pas faire la fête de sitôt. Sunil Kumar Nandeshwar devra rester en cellule policière, au Moka Detention Center. Ainsi en a décidé le magistrat Neeshal Kumar Jugnauth, de la cour de district de Port-Louis, en ce mardi 20 octobre. Le capitaine du Wakashio réclamait la liberté conditionnelle.

S'alignant sur les points avancés par l'enquêteur du Central Criminal Investigation Department, qui avait soutenu que Sunil Kumar Nandeshwar pourrait prendre la fuite et influencer les témoins, voire les membres d'équipage qui ne sont pas en état d'arrestation, le magistrat affirmé qu'il est d'avis qu'aucune condition stricte ne peut être imposée sur le suspect à ce stade. Il s'est d'ailleurs appesanti sur le fait que le ressortissant indien n'a pas de proches à Maurice et que du coup, il n'a rien à perdre s'il quitte le territoire mauricien. D'où sa décision.

Notons que l'inspecteur Ramdhony avait affirmé lors des débats de la motion de remise en liberté du capitaine que le suspect, en tant que personne 'familière' avec les routes maritimes, pouvait facilement être tenté de quitter le territoire mauricien pour échapper à une peine sévère de la cour s'il est reconnu coupable. «L'enquête démontre qu'un anniversaire avait même eu lieu à bord, vers 14 heures le 25 juillet, et contrairement aux règles, le capitaine était sous l'influence de l'alcool vers 18 heures, soit avant l'échouement. »

D'ajouter que «le suspect donnait des instructions au Chief Officer 'to just keep going till nobody calls us, who was referring to the National Coast Guard (NCG). At the time the deck under ship was decreasing, the applicant was well aware of the situation and it has been established that officers of the NCG had been trying to call the vessel since 18h15. The applicant has admitted given instructions to make alteration whereby vessel came closer to Mauritius resulting in grounding'».

Pour rappel, Sunil Kumar Nandeshwar est sous le coup d'une accusation de 'unlawful interference with the operation of a property of a ship likely to endanger its safe navigation' .

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.