Soudan: Terrorisme - L'Amérique prête à retirer le Soudan de la liste noire

Président Donald Trump

Après le paiement par Khartoum d'une compensation de 335 millions de dollars aux victimes américaines du terrorisme, le président américain, Donald Trump a annoncé, le 19 octobre, que son pays est prêt à retirer le Soudan de la liste des pays soutenant le terrorisme.

« Excellente nouvelle! Le nouveau gouvernement du Soudan, qui fait de vrais progrès, a accepté de payer 335 millions de dollars aux victimes américaines du terrorisme et à leurs familles. Une fois versé, je retirerai le Soudan de la liste des Etats soutenant le terrorisme », a déclaré le président Trump sur Twitter. « Une fois déposés je retirerai le Soudan de la liste des États parrains du terrorisme. Enfin, justice pour le peuple américain et grand pas pour le Soudan », a-t-il écrit.

Selon les médias américains, cette décision ouvrirait la voie au gouvernement de Khartoum pour demander une assistance internationale et, potentiellement, établir des relations normalisées avec Israël, un objectif diplomatique pour le président Trump avant les élections du mois prochain.

Cette annonce intervient après des mois de discussions informelles entre la Maison Blanche et le Soudan.

L'Iran, la Corée du Nord et la Syrie sont désormais les trois seuls pays qui figurent toujours sur la liste de Washington des pays qui soutiennent le terrorisme. Le Soudan a été ajouté à cette liste en 1993, lorsque les autorités américaines ont conclu que le chef de l'Etat du pays, à l'époque, Omar Hassan al-Bashir, avait donné refuge et porté assistance au Hezbollah et à des groupes militants palestiniens que les États-Unis considèrent comme des terroristes.

Les tribunaux américains ont également conclu que le Soudan était complice des attaques d'Al-Qaïda contre les ambassades des États-Unis au Kenya et en Tanzanie en 1998 et contre le destroyer Cole en 2000.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.