Algérie: Journée africaine droits de l'Homme - Une célébration sur fond de défis du Coronavirus

Alger — La célébration de la Journée africaine des droits de l'Homme par les Etats du continent noir s'inscrit cette année sur fond de défis face à la pandémie de la Covid-19, indique, mardi, un communiqué du Conseil national des Droits de l'Homme (CNDH), soulignant la "place centrale" occupée par la question des droits de l'homme dans le projet de la Constitution amendée.

"L'Algérie célèbre le 21 octobre, à l'instar de tous les pays africains, la journée Africaine des droits de l'homme, à la veille d'un grand rendez-vous, à savoir le référendum sur le projet de la Constitution et dans lequel les droits de l'homme occupent une place centrale", précise le Conseil dans un communiqué, notant que le thème retenu pour cette année est : "Faire taire les armes et promouvoir la culture des droits de l'homme et des peuples : les opportunités et les défis de la COVID-19 en Afrique".

Tout en visant à "consolider" les progrès réalisés jusqu'à présent dans ce sens, cette célébration tend également à "souligner la responsabilité des Etats membres de l'UA à apporter la paix et la tranquillité dans chaque partie du continent", et ce, malgré "les défis" auxquels ils sont confrontés face à la COVID-19, fait remarquer le Conseil, considérant cet évènement comme étant "une occasion" pour l'UA et ses Etats membres de" renforcer le soutien à la ratification et à la mise en œuvre de tous les instruments relatifs aux droits de l'homme et des peuples en Afrique".

Les Etats en question sont, en outre, appelés à "œuvrer à mettre fin" à la dernière colonie en Afrique en permettant au peuple sahraoui de recouvrer sa souveraineté et de bénéficier de son droit à l'autodétermination ainsi qu'à "faciliter" la réflexion sur le rôle des parties aidant les Etats membres de l'UA à remplir leurs obligations en matière de droits de l'homme et des peuples dans leur réponse à la pandémie COVID-19, ajoute le communiqué.

De même qu'ils doivent "identifier les leçons apprises et les bonnes pratiques" en matière de prévention, de contrôle et de réduction de la pandémie, l'objectif étant de "promouvoir une approche basée sur les droits de I'homme pour toute société dans son ensemble", note encore le CNDH, encourageant les Etats membres à trouver "un équilibre" entre la promotion des libertés civiles, d'une part, et les droits socio-économiques et culturels, d'autre part" afin de les protéger contre des situations d'urgence telles que la COVID-19.

La commémoration, le 21 octobre de chaque année, de la Journée Africaine des Droits de l'Homme s'appuie sur une résolution adoptée par l'Assemblée générale de l'UA lors de sa cinquième session, tenue à Benghazi (Libye) en 1989.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.