Maroc: Driss Lachguar - La crise sanitaire a mis à nu bon nombre de dysfonctionnements

Après Marrakech, le Premier secrétaire de l'USFP, Driss Lachguar, s'est rendu à Agadir où il a présidé une rencontre régionale à laquelle ont pris part les membres du Conseil national du parti dans la région de Souss-Massa et les secrétaires provinciaux de la même région. Dans son allocution en l'occasion, le Premier secrétaire a évoqué, chiffres à l'appui, la crise économique et sociale dans notre pays induite par les répercussions de la pandémie de la Covid-19, soulignant au passage les efforts énormes consentis par l'Etat pour faire face à cette crise sanitaire sans précédent en mobilisant des fonds pour soutenir les entreprises en détresse, ainsi que les différentes couches sociales dont le pouvoir d'achat et les conditions de vie ont été impactés par les mesures prises par les pouvoirs publics pour endiguer cette pandémie.

Pourtant, cette dernière a mis à nu, comme l'a souligné le dirigeant socialiste, nombre de dysfonctionnements, car un grand nombre de personnes ne bénéficient pas de la couverture sociale, appelant le gouvernement à redoubler d'efforts pour étendre la couverture sociale à tous les Marocains d'ici 2022. «Nous devons tirer des leçons des répercussions de la pandémie de la Covid-19 afin de fortifier, immuniser et renforcer notre économie, préserver le pouvoir d'achat des citoyens, assurer la stabilité de leurs emplois dans le secteur privé et éviter à notre pays une catastrophe économique», a-t-il souligné lors de cette rencontre à laquelle ont pris part également les membres du Bureau politique (Badiaa Radi, Nezha Abakrim et Mehdi Mezouari) et le secrétaire national de la Chabiba ittihadia, Abdellah Sibari.

«La situation deviendrait plus grave l'année prochaine si les répercussions de cette pandémie ne sont pas surmontées», a mis en garde Driss Lachguar. Et de préciser : «Les prévisions financières indiquent la possibilité d'une baisse des recettes en 2021, si la situation reste telle qu'elle est actuellement qui, conjuguée à la généralisation de la couverture sociale, la création de postes d'emplois, une augmentation de la protection sociale et la mise à égalité des travailleurs des secteurs privé et public en ce qui concerne les allocations familiales, débouchera sur des dépenses d'environ 60 milliards de dirhams si l'on y ajoute les dépenses de l'Etat en matière de santé, d'éducation et de gestion administrative quotidienne, qui s'élèvent à 30 milliards de dirhams».

Le dirigeant ittihadi a assuré que la pandémie de la Covid-19 n'a pas non seulement affecté négativement l'économie nationale et la vie sociale des citoyens, mais elle a également affecté la vie politique, notamment la vie interne des partis, car il était difficile pour certains d'entre eux de tenir à temps leurs congrès et leurs conseils nationaux au vu de ces circonstances exceptionnelles marquées par la propagation de l'épidémie. Il a, par ailleurs, affirmé que le Bureau politique de l'USFP, malgré ces difficultés, a pu tenir, sans interruption, ses réunions pour débattre de diverses questions et problèmes, en tenant bien entendu à respecter toutes les mesures de prévention édictées par les autorités sanitaires compétentes.

L'USFP s'est également distingué par son évaluation et son diagnostic de la crise actuelle et il a été le seul parti à avoir présenté dès le début de la crise sanitaire un document important intitulé «Plateforme d'orientation pour l'encadrement du dialogue ittihadi concernant la conjoncture actuelle», contenant des propositions claires et une vision globale pour remédier aux répercussions négatives de la crise sanitaire. Driss Lachguar a aussi affirmé que l'USFP a appelé à une augmentation de l'impôt sur le revenu et la fortune qui serait une contribution de solidarité dans cette conjoncture exceptionnelle. Cela permettrait de collecter environ 5 ou 6 milliards de dirhams.

Le parti de la Rose a également appelé à rechercher d'autres ressources dans le but de ramener les dépenses de l'Etat à 30 milliards de dirhams, au lieu de 60 milliards de dirhams. Les propositions de l'USFP ne sont pas limitées aux champs social et économique, mais le parti a également appelé à une réforme politique et notamment la réforme des lois électorales pour garantir une participation massive de la population au processus électoral et, ce qui est plus important, à une répartition équitable des sièges en fonction du nombre des voix obtenues par chaque parti politique. «Comment est-il concevable qu'un parti obtienne 100 sièges après avoir obtenu un million de voix, alors qu'un autre parti obtient un demi-million de voix et n'obtienne que 20 sièges ?

Le fait que le quotient électoral ait été calculé sur la base de voix valides exprimées au lieu du nombre des inscrits sur les listes électorales a affecté plusieurs partis», a-t-il expliqué. Et le dirigeant socialiste d'ajouter que les propositions du parti de la Rose visent également à renforcer la représentation des femmes et à lutter contre la corruption électorale par le recours à la charité ou par le biais de l'argent en proposant un durcissement des sanctions, en criminalisant certains actes et en corrigeant certains dysfonctionnements juridiques.

Selon Driss Lachguar, l'USFP a également appelé à mettre fin à la rente quelle que soit sa nature (y compris la retraite des parlementaires, le cumul des rémunérations) et à la non-utilisation des voitures de l'Etat lors des élections ou l'instrumentalisation de la religion, des mosquées et des cours d'alphabétisation à des fins électoralistes. Par ailleurs, le Premier secrétaire a exhorté les instances du parti dans la région à ouvrir le dialogue avec tous les Ittihadis de Souss-Massa et à s'ouvrir aux nouvelles compétences, en particulier les jeunes et les acteurs associatifs et économiques honnêtes qui pourraient constituer une valeur ajoutée au parti.

Il a également appelé tous les Ittihadis à resserrer leurs rangs et à fédérer leurs efforts en prévision des prochaines échéances. Toutes les interventions des participants à cette rencontre régionale ont salué la teneur de l'allocution de Driss Lachguar, soulignant que les Ittihadis de la région de Souss-Massa sont prêts à relever avec détermination les défis des prochaines échéances électorales.

Les interventions de Moustapha El Moutawakkil Assahili, Abdesslam Rejouani, Belkhir Massous, Brahim Aderdour, Mohammad Jabri, Fouad Faraji, Hafid Aklakal, Mohammad Bououd, Abdelkrim Madoun et d'autres ont, pour leur part envoyé des messages aux militants des autres régions et à la direction du parti pour les rassurer sur le fait que les Ittihadis de Souss-Massa auront un rôle majeur à jouer lors des prochaines échéances. Il y a lieu de souligner que le secrétariat régional de Souss-MassaDraâ a rendu public à ce propos un communiqué que nous publierons dans nos prochaines éditions.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.