Afrique de l'Ouest: Meryame Kitir annonce 8 millions d'euros d'aide humanitaire supplémentaire pour le Sahel

Des centaines de milliers de personnes vivant au Burkina Faso sont en situation d'insécurité alimentaire.
communiqué de presse

Bruxelles — -- Ce mardi 20 octobre, la Ministre de la Coopération au Développement Meryame Kitir participe à une table ronde ministérielle visant à mobiliser des financements et des engagements politiques pour répondre adéquatement aux besoins dans la région centrale du Sahel, en particulier le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Conjointement organisé par le Danemark, l'Allemagne, l'Union européenne et les Nations Unies, cet évènement vise à mobiliser à la fois des financements humanitaires et les engagements politiques nécessaires afin de relever les défis humanitaires et les besoins croissants dans la région.

Le centre du Sahel est caractérisée par une multiplicité de crises humanitaires complexes. Plus de 13 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire urgente au Burkina Faso, au Mali et au Niger, soit 5 millions de plus que les estimations en début d'année. La pandémie de COVID-19 a exacerbé les besoins causés par les chocs climatiques et la violence, affectant des populations déjà très vulnérables. En raison de l'insécurité alimentaire, des besoins de protection, des déplacements forcés, des difficultés d'accès et d'un paysage socio-économique fragile, la situation risque de s'aggraver. Dans la région transfrontalière du Burkina Faso, du Mali et du Niger, le nombre de personnes déplacées est passé de 70 000 à 1,4 million en moins de deux ans. Les violations des droits de l'homme et du droit humanitaire international, notamment les violences contre les femmes et les enfants, sont en forte augmentation. Selon des estimations, 6 millions de personnes sont tombées dans l'extrême pauvreté.

La Ministre Kitir annoncera à l'occasion de cette conférence une contribution supplémentaire belge de 8 millions EUR pour cette région : 2,5 millions EUR pour le Mali via le Comité internationale de la Croix-Rouge (CICR) ; 2,5 millions pour le Niger (via le CICR) et 3 millions pour le Burkina Faso (via le Haut-Commissariat aux réfugiés). Cette contribution s'ajoute à l'aide humanitaire déjà confirmée pour 2020 à hauteur de près de 10 millions pour ces trois pays, totalisant un montant de 18 millions EUR. La priorité va à la protection des personnes les plus vulnérables et l'amélioration de la résilience des communautés affectées grâce à des programmes et projets centrés sur la gestion et la réduction des risques de catastrophe, la sécurité alimentaire et la nutrition.

Grâce à des financements pluriannuels, la Belgique contribue aux budgets des organisations internationales humanitaires via leurs fonds flexibles (87 millions EUR en 2020), ce qui doit leur permet d'intervenir de manière immédiate en cas de désastres ou crises dans le monde, en ce compris dans le centre du Sahel.

En outre, une priorité a été accordée à la région centrale du Sahel pour des appels à proposition de projets favorisant la transition vers le développement, faisant le lien entre aide humanitaire et coopération au développement. Actuellement, la sélection de projets pour adresser le problème des violences basées sur le genre dans le contexte de la pandémie de COVID-19 est à l'étude.

Pour la Ministre Kitir : « L'aide humanitaire sauve des vies, mais pour mettre fin de façon durable aux souffrances des populations touchées, des solutions politiques et de longue durée sont nécessaires ».

SOURCE Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement, Belgique

Plus de: PR Newswire

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.