Madagascar: Les sénateurs dénoncent un blocage de leur budget par l'exécutif

A Madagascar, un nouveau bras de fer est engagé entre le Sénat et l'exécutif. Alors que s'est tenue hier, mardi, la cérémonie d'ouverture de la session ordinaire du Parlement, la chambre haute dénonce un blocage d'une partie de son budget par le ministère de l'Economie et des Finances.

Une tension qui intervient quelques semaines après l'opposition du Sénat à la date fixée par le gouvernement pour l'élection sénatoriale le 11 décembre. Une élection qui réduira le nombre de sénateurs de 63 à 18. Cette réduction prise par ordonnance par le président de la République, Andry Rajoelina, a aussi été contestée par la plupart des membres de la chambre haute, dernier bastion du HVM, parti de l'ancien régime.

C'est face à des sièges de sénateurs quasi-vides que le Président de la chambre haute a procédé à la cérémonie d'ouverture de la session ordinaire.

La veille, le bureau permanent avait prévenu que « la session parlementaire auprès du Sénat sera compromise » à défaut de moyens financiers. Un budget pourtant inscrit dans la loi de Finances s'indigne Rivo Rakotovao, le président de cette institution.

« On doit engager ce qui a été écrit dans la loi mais le ministère est en train de bloquer. Pour quelles raisons ? Ce n'est pas pour toutes les institutions mais seulement pour le Sénat. Pour moi c'est un abus de pouvoir. Par exemple, le remboursement des frais médicaux des sénateurs et des employés ici, le ministre des Finances le bloque. Si on est malade, si on va à l'hôpital, on n'est même pas reçu par l'hôpital parce que je ne peux pas signer. On n'a pas l'argent. »

Le ministre des Finances qui s'est rendu à l'ouverture de la session de l'Assemblée nationale n'a pas fait le déplacement pour celle du Sénat. Alors que les parlementaires doivent examiner et voter notamment la loi de finances 2021, le manque de budget pourrait empêcher les travaux des sénateurs laisse entendre Rivo Rakotovao, qui est aussi le président du HVM, parti de l'ancien régime.

« A mon avis, c'est l'objectif du pouvoir exécutif. On fait comme si c'était l'institution le problème alors qu'en fait, pour eux, ce n'est pas l'institution le problème mais les hommes et les femmes qui sont là, qui les gênent quelque part. Donc quid de la démocratie et de la République ? C'est une institution ! »

Boycott des élections sénatoriales

La Chambre haute a saisi le conseil d'Etat pour contester ce blocage de budget.

Cette tension intervient quelques semaines après l'opposition du Sénat à la date fixée par le gouvernement pour l'élection sénatoriale le 11 décembre. Le mandat des sénateurs actuels court jusqu'en février 2021. Par ailleurs le nombre de sénateurs est réduit de 63 actuellement à 18. Cette réduction prise par ordonnance par le président de la République Andry Rajoeli,na, a aussi été contestée par la plupart des membres de la chambre haute, dernier bastion du HVM, parti de l'ancien régime.

Le HVM du président sortant Hery Rajaonarimampianina et le parti TIM de l'ancien chef de l'Etat, Marc Ravalomanana ont déjà fait savoir qu'ils boycotteront les sénatoriales du 11 décembre.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.