Congo-Kinshasa: Constant Omari - «Je ne serai plus candidat aux prochaines élections à la CAF... »

Il faut savoir quitter la chose avant que la chose ne vous quitte, dit-on. En tout cas, c'est ce que l'on a pu comprendre de l'intervention du président de la Fédération congolaise de football association (FECOFA), Constant Omari Selemani, qui a dit à la presse de Kinshasa, mardi 20 octobre, qu'il ne sera plus candidat aux prochaines élections du comité exécutif de la Confédération africaine de football (Caf), prévues le 12 mars 2021, à Rabat au Maroc.

Constant Omari vise plutôt la Fédération internationale de football association (Fifa), où il portera sa candidature au niveau du conseil de cette instance faitière du football mondial.

Le numéro 2 de la Caf abandonne son poste, pendant que son chef, le Malgache Ahmad Ahmad sera candidat à sa propre succession. "Je suis dans un groupe avec l'actuel président de la CAF, Ahmad Ahmad. Je vais soutenir sa candidature. La mienne, c'est plutôt pour le conseil de la FIFA", a-t-il expliqué.

A l'entendre parler, Constant Omari estime que ses "amis" de la CAF vont le soutenir pour son élection au conseil de la FIFA, qui n'est autre qu'un organe non-exécutif de surveillance et de stratégie, consistant à définir la vision de la FIFA et du football mondial. C'est là que le Congolais Constant Omari, affectueusement appelé l'homme moderne veut aller.

Abordant le point en rapport avec la prestation des Léopards au dernier stage au Maroc, Omari dit que tout a été bon, mais il faut continuer à travailler surtout en prévision de la double confrontation avec les Palancas Negras de l'Angola comptant pour la 3ème et 4ème journée des éliminatoires de la prochaine CAN.

Le match aller, a-t-il dit, est confirmé pour le 14 novembre prochain au stade des martyrs de Kinshasa. Un stade qui est toujours sous menace de fermeture par la Caf et la Fifa. Constant Omari s'est indigné de la qualité d'infrastructures que le pays dispose à ce jour notamment, le stade des Martyrs qui présente un état de vétusté inquiétant : « le stade des Martyrs dispose d'une pelouse synthétique qui a déjà dépassé le délai de la durée. La pelouse synthétique qui en principe devait faire 8 ans, compte aujourd'hui 12 ans. Le stade des Martyrs se trouve dans l'œil du cyclone de la CAF pour une possible fermeture si les travaux de réhabilitation ne s'effectuent pas. Nous avons besoin de tout le monde pour sensibiliser et demander le soutien en urgence au gouvernement pour réhabiliter ce stade. En cas de non-respect, je vous dis, juste après le match face à l'Angola, ce stade sera fermé », a-t-il alerté avant qu'on commence à délocaliser les matches prévus dans ce stade pour un autre pays. Ça sera une honte !

Plusieurs sujets, faut-il noter, ont été abordés au cours de cet entretien. Il s'agit du sujet en rapport avec les éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) Cameroun 2021, du bus des Léopards offert par le Président de la République qui n'a plus de problème lié à son utilisation, le Centre Kurara Mpowa et son éternel problème du certificat d'enregistrement, la Direction technique nationale et ses différents séminaires des entraîneurs, le football féminin avec le séminaire organisé à Mbandaka, la cagnotte Covid-19 de la FIFA, et bien tant d'autres.

Concernant la cagnotte Covid-19 de la FIFA, si pour le football féminin rien n'a été décaissé pour l'instant selon le président de la Fecofa, pour le football masculin, les frais de participation et ceux d'impression de l'ensemble des clubs qui ont coûté près de 300.000 dollars.

Et en dernier, concernant la direction technique nationale, Constant Omari a tenu à féliciter les animateurs de cette structure qui font un travail de qualité, surtout avec le suivi régulier des entraîneurs reconnu par l'ensemble des observateurs.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.