Afrique: S'autoproclamer vainqueur comme méthode de contestation

Forces de l'ordre
20 Octobre 2020
analyse

L'autoproclamation de Cellou Dalein Diallo en Guinée est une nouvelle illustration d'une méthode de contestation électorale de l'opposition en Afrique.

En Guinée, le chef de file de l'opposition Cellou Dalein Diallo a annoncé hier être le vainqueur dès le premier tour du scrutin présidentiel. L'autoproclamation du leader de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) est une nouvelle illustration d'une méthode de contestation électorale de l'opposition qui a déjà provoqué de graves crises au Togo, au Gabon, en Côte d'Ivoire ou encore en RDC.

Selon le journaliste camerounais Louis Keumayou, ce n'est qu'une répétition d'une vieille stratégie.

"Il n'est pas étonnant aujourd'hui, qu'au terme d'une élection sur le continent africain le chef de file de l'opposition déclare qu'il est le vainqueur. On l'a déjà vu dans plusieurs pays", rappelle-t-il.

En effet, plusieurs opposants africains ont déclaré avoir gagné des élections avant même que les résultats soient publiés par les instances habilitées.

On peut notamment citer l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara, l'ancien président de la commission de l'Union africaine Jean Ping, le Camerounais Maurice Kamto, les Congolais Étienne Tshisekedi et Martin Fayulu ou les Tchadiens Ngarledji Yorongar et Saleh Kebzabo.

Plus récemment au Togo, l'ancien premier ministre Agbéyomé Kodjo avait contesté les résultats officiels de la présidentielle de février dernier en estimant l'avoir emporté.

"Je pense que c'est assez dangereux actuellement de s'autoproclamer vainqueur d'une élection, alors qu'on n'a pas tous les éléments pour apprécier le processus et dire qui en est sorti vainqueur ou pas", déplore Louis Keumayou.

Culture de l'affrontement

Le politologue Jean-François Akandji-Kombé déplore pour sa part cette culture politique de l'affrontement et le détournement des institutions de l'Etat.

"On aimerait bien évoluer vers des mœurs plus apaisées et vers un respect des institutions. Mais lorsque vous posez cette question aux opposants, ils vous diront : mais quelles institutions et quelle est l'impartialité de ces institutions ? Il y a un problème à la base qui débouche sur un acte qui n'est pas souhaitable. Ceux qui sont au pouvoir s'organisent toujours pour avoir la maitrise des institutions qui gouvernent les élections, avant tout les commissions électorales indépendantes et la Cour constitutionnelle. C'est ça, la racine du mal."

En Guinée, cette contestation risque comme ailleurs d'exacerber la frustration pourrait inciter des militants à la violence.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.