Congo-Kinshasa: Le FCC veut boycotter la prestation de serment des juges de la Cour constitutionnelle

Les trois juges nommés en juillet ont prêtés serment mercredi 21 octobre 2020 face au président congolais Félix Tshisekedi.

Le bras de fer se poursuit entre, d'un côté, les présidents des deux chambres du parlement, et de l'autre côté, le président de la République autour de la prestation de serment des juges récemment nommés à la Cour constitutionnelle. Le FCC, famille politique de l'ex-président Kabila, pourtant associé au Cach du président Tshisekedi, a décidé de boycotter la cérémonie prévue au palais du peuple. Les deux alliés de la coalition au pouvoir sont, encore une fois, en désaccord.

Mardi, la famille politique de l'ex-président Joseph Kabila a réuni ses membres pour leur demander de ne pas participer à la cérémonie de prestation de serment des juges de la Cour constitutionnelle.

Pour le FCC, les dernières nominations dans la magistrature violent la Constitution. Une accusation de l'indépendant Théodore Ngoy, que soutiennent le professeur Nyabirungu Mwene Songa et plusieurs autres juristes du camp Kabila. Un groupe de sénateurs de cette obédience a même saisi la Cour constitutionnelle en interprétation de la Constitution, dans l'espoir de faire suspendre la cérémonie de prestation de serment prévue aujourd'hui.

De leur côté, les soutiens du président Félix Tshisekedi ont, mardi également, appelé à une mobilisation de tous ses partisans pour que l'événement soit une réussite. Selon le député UDPS André Mbata, une requête en interprétation de la Constitution ne peut pas annuler une ordonnance ni suspendre son application.

Quant au professeur Alphonse Ntumba Luaba, il soutient que le serment est prêté devant le président de la République, qui en prend acte. « Les autres institutions ne font qu'assister à la cérémonie », ajoute-t-il. C'est donc un bras de fer qui aggrave une crise qui s'est déjà installée dans la coalition et dont l'issue est incertaine.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.