Sénégal: Poursuivi pour trafic de drogue - Le prévenu relaxé au bénéfice du doute

20 Octobre 2020

Le Tribunal de grande instance de Pikine-Guédiawaye a relaxé, hier, en audience de flagrants délits, D. Diouf. Il était poursuivi pour offre, cession et usage de drogue.

Une patrouille des éléments de la Brigade de recherche a appréhendé, D. Diouf, un jeune apprenti de bus de transport interurbain en possession de chanvre indien.

Attrait, hier, devant la barre du tribunal des flagrants délits de Pikine-Guédiawaye pour offre, cession et usage de chanvre indien, le juge l'a relaxé au bénéfice du doute.

Face aux juges, le prévenu a nié catégoriquement les faits qui lui sont reprochés. Il a soutenu être surpris, lorsque des policiers en civil l'ont appréhendé. «Nous étions cinq jeunes assis devant la station d'essence, à l'entrée de Pikine. Un sac était posé à côté.

Deux hommes nous ont approchés pour nous demander à qui appartenait le sac. Après quelques échanges, mes amis ont pris la fuite en me laissant à la merci de ces gros bras qui m'ont embarqué pour le commissariat de Pikine », a narré le prévenu.

Lorsque la présidente lui a demandé ce qu'il faisait à côté d'un sac contenant 17 kilogrammes de chanvre ? Pour toute réponse, le sieur Diouf lui a rétorqué : «Je ne connais pas le propriétaire. Ce sont eux qui ont attiré mon attention sur ledit sac posé par terre.

Je suis un apprenti chauffeur et Dieu sait que j'étais préoccupé par la recherche de clients », a confié le prévenu.

Le Procureur de la République a, dans son réquisitoire, indiqué que les procès-verbaux des agents enquêteurs ont montré que le sac appartenait bel et bien au sieur Diouf.

«Il tente de se dédire. Dans tous les cas, les faits sont constants. Ces propos confirment la quantité trouvée dans le sac », a soutenu le Procureur qui a requis 2 ans ferme contre D. Diouf.

L'avocat de la défense, Me Diabel Samb, a plaidé la relaxe pure et simple arguant que son client n'est coupable de rien. «Ce jeune homme ne fume même pas la cigarette.

Son seul tort, c'est d'être présent au mauvais moment. Il ne compte que sur son travail pour aider sa petite famille.

C'est pourquoi je sollicite sa relaxe, ne serait-ce qu'au bénéfice du doute », a plaidé l'avocat. Après délibéré, le tribunal a relaxé D. Diouf au bénéfice du doute.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.