Angola: Le pays assure l'accès aux services élémentaires

Luanda — L'Angola s'est engagé à garantir l'accès aux services publics les plus élémentaires, notamment l'eau potable, l'assainissement, l'électricité, la santé, l'éducation et le logement, accomplissant ainsi aux recommandations des droits de l'homme en Angola.

C'est ce qu'a affirmé la secrétaire d'État aux droits de l'homme et à la citoyenneté, Ana Celeste Cardoso Januário, à l'ouverture du débat public sur les recommandations du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC).

La secrétaire d'État a expliqué que l'Exécutif angolais a fixé un ensemble de priorités, visant à promouvoir le développement humain, inclusif et durable, basé sur la stabilité et la croissance économique.

Selon la responsable, il y a des défis à long terme liés au renforcement des infrastructures, au développement de la qualité des ressources humaines et des services, à la formation technique, à la qualification de la population jeune, à la réduction de la disparité géographique et à l'investissement de l'Exécutif dans le secteur social.

Ana Celeste Cardoso Januário a dit qu'elle était consciente qu'il y avait encore beaucoup à faire dans le domaine des politiques publiques, devant continuer de déployer des efforts pour obtenir des résultats significatifs.

Elle a également reconnu les asymétries entre les régions et la pression démographique dans les centres urbains, dues à l'inégalité des chances, qui existe toujours sur tout le territoire national, fait à l'origine des mouvements migratoires internes, facteur de limitation du développement socio-économique et humain dans le pays.

Pour sa part, le représentant du ministère de la Santé de la commission de rédaction sur les droits de l'homme, Júlio de Carvalho, a déclaré que le pays était très peu en mesure de se conformer aux directives du PIDESC, car il existe déjà un institut de statistique qui aide l'Etat à améliorer la qualité de vie des populations.

Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels a été adopté en 1966 par l'Assemblée générale des Nations Unies et est entré en vigueur en 1976, l'Angola ayant ratifié le Pacte en 1992. Actuellement, 162 pays en sont membres.

Ce mercredi se commémore également la Journée africaine des droits de l'homme et des peuples, au cours de laquelle le document principal sur cette question est entré en vigueur il y a 34 ans.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.