Angola: De nouvelles unités de fabrication voient le jour dans la ZEE

Luanda — Quarante-neuf nouvelles usines sont en construction dans la Zone économique spéciale (ZEE) de Luanda-Bengo, dans le cadre du programme visant à accroître la production nationale et à diversifier l'économie.

Parmi ces projets, dix sont déjà achevés et 29 sont en phase de mise en œuvre, selon le président du conseil d'administration de la ZEE, António Henriques da Silva, dans une interview mardi à la Télévision publique d'Angola (TPA).

L'une des unités est l'usine laitière du groupe Gulkis, avec une capacité de production de 70.000 litres de lait liquide et 70 tonnes de lait condensé / jour, ainsi que d'autres quantités non spécifiques de yaourt, crème, lait de coco et farine de blé.

Cette usine pourrait être ouverte prochainement, selon Henriques da Silva.

À cela s'ajoutent d'autres, comme des unités de fabrication de raphia et de sacs en plastique.

Actuellement, dans le périmètre de la ZEE, sur les 160 unités différentes installées, 87, avec prédominance pour le secteur industriel, sont pleinement opérationnelles et environ 5% d'entre elles exportent déjà leur production vers certains pays, en plus d'alimenter le marché intérieur.

Dans le cadre du programme de privatisation en cours, l'État a à son ordre du jour la privatisation d'autres unités, ayant déjà privatisé sept dans la première et 13 autres dans la deuxième phase en cours, sur un total de 23 lots.

Avec plus de cinq mille emplois actuels, le nombre pourrait augmenter avec l'entrée en exploitation de nouvelles unités, d'ici la fin de cette année, selon le gestionnaire.

Récemment, deux usines ont été ouvertes dans la ZEE, l'une pour l'assemblage de téléphones portables, de tablettes, d'ordinateurs et d'accessoires et l'autre pour les tracteurs agricoles, d'une capacité de production de trois mille unités par an, dans le cadre d'un investissement des Émirats arabes unis.

Des intérêts d'investissement dans la Zone continuent d'être enregistrés, l'un de ces derniers étant exprimé par le groupe Streit, considéré comme le plus grand constructeur de véhicules blindés au monde, qui souhaite investir 30 millions de dollars US dans une chaîne de montage pour ce type de véhicule.

Une autre société qui a également exprimé son intérêt à investir dans la ZEE est le groupe Volkswagen Afrique du Sud, une filiale de Volkswagen Aktiengessellschaft (VWAG).

La zone économique spéciale (ZEE) de Luanda-Bengo, créée en 2009, a pour mission d'attirer les investissements internes et externes, nationaux et étrangers, pour encourager le développement et la diversification de l'économie du pays, à travers une production accrue, une croissance des exportations et la réduction des importations. Contraction des investissements António Henriques, qui est également président du conseil d'administration de l'Aipex - Agence privée d'investissement et de promotion des exportations, a admis, comme d'autres pays, la contraction des investissements de l'ordre de 41%, en raison de la pandémie du Covid-19.

Cette année, les nombres d'intentions pointent à 70 l'enregistrement avec des valeurs de l'ordre de 311 millions 462 mille dollars US, contre 118 sur la même période, avec des montants d'un milliard 190 millions de dollars.

"La rupture est le résultat du reflexe que vit le monde", a justifié le responsable.

Au total, l'Aipex enregistre 309 intentions d'investissement, dont 64 sont des propositions d'investissement mises en œuvre dans différents secteurs.

Parmi les projets mis en œuvre, 28 sont dans le secteur de l'industrie, 20 pour le commerce, cinq pour l'agriculture, un nombre égal pour la fourniture de services, deux pour l'hôtellerie, deux autres pour le tourisme et un pour la santé et l'autre non spécifié.

La province de Luanda reste la région la plus compétitive du pays en termes d'intérêt d'investissement, avec 64%, même avec les incitations fiscales prévues par la loi pour ceux qui souhaitent investir dans d'autres régions de l'Angola.

Après Luanda, les provinces de Cabinda, Benguela et Malanje suivent, selon le responsable.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.