Algérie: Des universitaires mettent en exergue les qualités du regretté Zoheir Ihaddaden

Alger — Les participants à l'hommage rendu au regretté Zoheir Ihaddaden ont mis en exergue mercredi à Alger les qualités de ce moudjahid, homme de presse et une des plus grandes plumes qui ont ardemment défendu la cause algérienne et ont brillé en faveur de la presse et du journalisme en Algérie.

Sur initiative de l'association Mechaal E-chahid et du quotidien El Moudjahid, en coordination avec l'université d'Alger III, l'hommage rendu au moudjahid Zoheir Ihaddaden intervient en célébration de la Journée nationale de la presse, coïncidant au 22 octobre et la baptisation d'un amphithéâtre de cette université du nom de ce brillant auteur en guise de reconnaissance de ses efforts en faveur des métiers de la presse et de l'histoire de l'Algérie.

Invitée à cette occasion, la fille aînée du regretté, Wafa, a salué l'organisation de cet hommage, estimant qu'une telle initiative motiverait les générations montantes à s'imprégner du sérieux et de l'assiduité pour servir la patrie.

Pour sa part, le recteur de l'université d'Alger III, Mokhtar Mezrag a mis en valeur "les qualités de cet homme exemplaire en termes de militantisme, de dévouement, d'humilité et de savoir", affirmant que le défunt était à la fois "militant, moudjahid, penseur et auteur".

Lire aussi: Décès de l'universitaire Zahir Ihaddaden samedi à Alger

A la veille de la célébration de la Journée nationale de la presse, il convient de dire que feu Zoheir Ihaddaden est une véritable icone du journalisme, et une des plus grandes plumes qui ont défendu la cause nationale lors de la guerre de libération", a estimé le président de l'association Mechaal E-chahid, Mohamed Abed.

Entretenant une forte relation d'amitié avec le regretté, l'ancien cadre de la DGSN, Aïssa Kasmi dit avoir "appris de Zoheir, paix à son âme, la modestie qui culminait en dépit de la place scientifique éminente qu'il occupait et son parcours militant pour libérer le pays du joug colonial".

De son côté, le Recteur de l'Université d'Alger II, Said Boumaiza, a mis en avant "les qualités du défunt qui était un responsable compétent, un père aimant et un professeur concrétisant l'éthique professionnelle en tant que professeur universitaire et ce à travers la rigueur et l'intégrité", ajoutant qu'il était également un nationaliste du premier rang.

Pour sa part, le professeur Mohamed Sghir Benamar, l'un des étudiants du défunt, a souligné le rôle de feu Ihaddaden dans la création de l'Ecole supérieure de Journalisme (ESJ) à Alger en 1964 et la transformation du diplôme en journalisme en un diplôme en sciences de l'information.

Dr. Ahmed Hamdi, a fait savoir, quant à lui, que le défunt était un des fondateurs de la presse écrite en Algérie dans les années 1950, qualifiant ce dernier de "mémoire du journalisme algérien".

Il était également l'un des médiateurs d'Abane Ramdane auprès des militants à l'université d'Alger en sus de contribuer à la création de l'Ecole nationale supérieure de Journalisme à Alger en 1964 et la formation de la première génération de journalistes algériens et de chercheurs universitaires.

Feu Ihaddaden a écrit plusieurs livres, notamment "histoire de la presse indigène en Algérie: des origines jusqu'en 1930", "la presse écrite en Algérie de 1965 à 1982" et "l'histoire décolonisée du Maghreb: l'Algérie de 1510 à 1962".

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.