Guinée: Violences post-électorales - Plus de 10 morts dont une fillette de 3 ans et un responsable du FNDC

Violents heurts entre manifestants et policiers à Conakry
21 Octobre 2020

Les violences qui ont éclatées en Guinée au lendemain de l'élection présidentielle du 18 octobre 2020 en Guinée continue de faire de victimes à Conakry et dans certaines villes de l'intérieur du pays. Au moins dix jeunes qui réclament la victoire du candidat de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) et un policier sont tombés dans les affrontements entre forces de l'ordre et manifestants.

Selon un confrère qui s'est rendu dans une clinique de la place, trois jeunes dont une fillette de trois ans ont été tués à la Cimenterie T8. À Sonfonia, c'est le responsable local du front national pour la défense de la constitution (FNDC) qui a été fauché par des balles. « La fillette de trois ans faisait la maternelle. Elle s'appelle Mariatou Bah. Elle jouait avec ses amies dans la cour lorsqu'elle a été touchée mortellement à la tête par une balle tirée par des éléments des forces de l'ordre », explique un citoyen de la localité.

Dans le quartier Wanidara, deux autres jeunes ont été tués par armes à feu dans les affrontements avec les services de sécurité. Sur l'axe, Cosa-Koloma-Bambeto-Hamdallaye, l'on parle d'au moins 4 morts dont un policier. À Dabompa, un autre jeune est tombé sous les balles des forces de l'ordre selon des témoins.

Dans la commune urbaine de Kissidougou, trois personnes ont été tués dans des affrontements entre partisans du pouvoir et opposants.

A La Une: Guinée

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.