Cameroun: Université de Ngaoundéré - Près de 30 000 « cop's » dans les amphis

Entre cours en présentiel et à distance, les étudiants de Dang sont dans le bain depuis le 15 octobre dernier respectant les mesures barrières.

David Harold Beyeck, nouvellement inscrit à l'université de Ngaoundéré a compris que les vraies choses ont commencé à la Faculté des sciences juridiques et politiques. Depuis le 15 octobre dernier, jour de rentrée académique, il ne cesse de prendre des cours d'introduction au Droit. A l'amphi 750, tous les jours de lundi à vendredi, le Pr. Emmanuel Victor Bokally est fidèle au rendez-vous de 7h30 à 10h30. « On ne blague pas ici. Nous avons commencé les cours le jour même de la rentrée académique et se poursuivent. Mon vocabulaire est déjà rempli de notions sur le droit. Samedi dernier, tous les cours prévus de cette unité de valeur nous ont été envoyés par WhatsApp pour en faire des polycopies.

Cela nous permet de les lire la veille afin que le lendemain, le professeur nous les explique paragraphe par paragraphe. L'avantage c'est que ce sont les professeurs eux-mêmes qui dispensent les cours en prenant le temps de nous les expliquer et de nous donner l'opportunité de poser des questions », se réjoui le jeune étudiant de droit. Dans cette faculté comme dans les autres grandes écoles, le train de la rentrée a véritablement démarré. Dans les amphis, l'ambiance est aux retrouvailles pour certains, et pour d'autres, à la découverte de leur nouvel environnement.

En ce qui concerne les effectifs dans certaines facultés où les étudiants se retrouvent en plus grand nombre, la pandémie de Covid-19 a imposé une nouvelle façon de faire. C'est le cas de l'amphi 150 de l'Ensai qui reçoit désormais 50 étudiants. Et cela se passe de manière rotative. A la faculté des Sciences juridiques et politique (Fsjp), l'amphi 750 accueille 250 étudiants en cette période avec le respect de la distanciation d'un mètre et l'effectif restant est géré au niveau des blocs préfabriqués d'une capacité de 300 places. Sur les 300 places, on prend 100 étudiants par cours et en groupe. A l'amphi 1000 de la Faculté des Sciences économiques et de Gestion (Faseg), les étudiants ont été scindés en deux groupes pour chaque cours.

« Pour colmater les brèches, nous avons décidé de ce que les cours s'étendent de 7h 30 à 18h. Ceci permet à tous les étudiants d'être au même niveau », explique le Pr. Hamadou Boukar, doyen de la Faseg. Ces stratégies sont appliquées dans tous les 12 établissements que compte l'université de Ngaoundéré. « Nous étions à 2500 étudiants l'année dernière et au regard de la renommée de notre établissement, on pourrait passer à 4000 étudiants. Nous avons ainsi sollicité le restaurant universitaire afin de pouvoir respecter les mesures de distanciation physique », a indiqué le Pr. Menye Nga Germain Fabrice, doyen de la faculté des Sciences de l'éducation. Ici, l'administration pense que cette astuce a fait ses preuves au second semestre de la dernière année académique qui s'est déroulée en pleine pandémie à Corona virus. Pour cette raison, l'administration n'a pas voulu changer.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.