Afrique de l'Ouest: 40.000 bénéficiaires directs attendus de la mise en œuvre du projet ABEE

Dakar — Au total, 40.000 petits exploitants du Sénégal, du Burkina Faso et du Niger vont directement tirer profit des retombées du projet de Renforcement des réseaux et des capacités institutionnelles en amélioration des plantes pour le développement de culture résilientes répondant aux besoins des paysans d'Afrique de l'Ouest (ABEE), a indiqué mercredi à Dakar, Ousmane Ndoye, son coordonnateur.

"Le projet ABEE bénéficiera directement à 40 000 petits exploitants agricoles dans les trois pays cibles, à savoir le Sénégal, le Burkina Faso et le Niger", a notamment assuré Dr Ndoye au moment de le présenter à une conférence de presse de la Délégation de l'Union européenne au Sénégal.

Il a souligné qu'il s'agit d'un projet financé par l'UE pour un montant estimé à 8 millions d'euros sur une durée de cinq ans dans ces trois pays du Sahel.

"Il vise à mettre en œuvre une approche mieux coordonnée en sélection variétale dans ces pays, en plaçant des sélectionneurs de cinq spéculations cibles, à savoir l'arachide, le Niébé, le Sorgho, le fonio et le mil, provenant de ces pays au cœur de l'action pour améliorer, moderniser leurs pratiques de sélection et mieux identifier les demandes du marché", a expliqué M. Ndoye.

Il a insisté sur le fait que l'objectif poursuivi était de contribuer à l'augmentation durable de la productivité agricole et de la résilience des petits exploitants agricole face à la croissance démographique, à la vulnérabilité économique et au changement climatique.

"L'échange d'informations et de matériel génétique entre les différents acteurs grâce à l'animation d'un réseau régional sera au cœur de ce projet", a-t-il fait savoir.

Dans cette perspective, "les agriculteurs et autres acteurs clés des chaines de valeur ciblées contribueront à la définition des types variétaux par le profilage des produits de sélection qui répondent le mieux aux besoins locaux à la demande du marché", a-t-il ajouté.

Le coordonnateur du projet a dans le même temps cité la digitalisation et la numérisation des programmes de sélection pour améliorer la qualité de la documentation et l'analyse de données ainsi que l'intégration des pratiques modernes telles que l'utilisations de marqueurs moléculaire pour compléter le sélection phénotype.

Dans le cadre de sa participation à la conférence de l'Alliance mondiale des Press Clubs pour le Climat et pour "souligner la dynamique environnementale d'une région particulièrement vulnérable au changement climatique", la Délégation de l'UE à Dakar en collaboration avec le Club de la Presse du Sénégal a présenté, mercredi, deux projets visant à "augmenter la production agricole et la résilience des agriculteurs".

Il s'agit des projets ABEE (Renforcement des réseaux et des capacités institutionnelles en amélioration des plantes pour le développement de culture résilientes répondant aux besoins des paysans d'Afrique de l'Ouest) et CaSSECS (Carbon Sequestration and greenhouse gas emissions in (agro) Sylvopastoral Ecosystems in the Sahelian CILSS States).

La rencontre avait pour thème : "Quand les agriculteurs au Sahel s'adaptent au changement climatique".

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.