Madagascar: Reboisement - Des cactus pour sauver le Sud de la sécheresse

Le ministère de l'Environnement et du développement durable cherche des solutions pour le Sud. Il lance le reboisement des cactus.

Le développement de la culture du cactus est une alternative proposée par le ministère de l'Environnement et du développement durable pour sauver le Sud de la sécheresse. Sa plantation sera priorisée dans la région Androy, durant la campagne de reboisement 2020-2021.

« Cette plante est très utile dans cette partie de l'île, car elle conserve beaucoup d'eau. Elle servira d'alimentation pour le bétail et remplacera l'eau dont les animaux ont besoin, durant la période sèche. Le cactus appuiera également la lutte contre l'insécurité alimentaire, par ses fruits, ses feuilles et les activités génératrices de revenus qu'il génère », explique hier, Hanitriniaina Razafindrahanta, directeur de Reboisement, de la gestion des paysages et des forêts, au sein du ministère de l'Environnement et du développement durable.

Les cactus sauvent des centaines de ménages de la famine, durant la période de soudure. Lorsqu'il n'y a pas de fruits, ils consomment les feuilles. Les bétails survivent aussi grâce à cette plante.

Plusieurs opérateurs investissent dans des projets dont le cactus est la matière première. Des associations produisent du miel, de la confiture, du jus, du bonbon, de la farine, de l'huile, à base de cette plante grasse.

Revenus intéressants

D'autres investissent dans des produits cosmétiques : huile de cactus commercialisée à l'échelle internationale, masque facial et solution cicatrisante, et d'autres produits à base de fruit de cactus. « L'exploitation du cactus est une source de revenus intéressante », affirme Emilienne Ranotsinoe, responsable de la Coopérative des femmes Avotse I Androy. Sa coopérative est dans la production d'aliments et de produits cosmétiques, à base de cactus rouge.

Des opérateurs d'Androy ont des avis mitigés sur cette initiative du ministère de l'Environnement et du développement durable à promouvoir le reboisement du cactus. « Il y a assez de cactus qui poussent dans cette région pour produire les matières premières dont nous avons besoin. C'est le manque de précipitations qui a diminué les productions de fruits, cette année. C'est à ce problème de précipitations que l'on devrait trouver des solutions », rajoute Emilienne Ranotsinoe.

Un autre opérateur propose la promotion d'autres plantes. « Le cactus est devenu une espèce trop envahissante alors qu'il n'apporte que peu de bénéfices. Si l'État veut promouvoir le reboisement utile, il devrait vulgariser d'autres espèces qui serviront de nourritures et de sources de revenus pour la population », souligne-t-il. Il recommande ainsi la plantation du moringa, du jojoba, du ricin, du jatropha. « Sans les cactus rouges, plusieurs personnes ont succombé, cette année, car la période sèche s'est prolongée», affirme Paubert Beyndrova, président de la coopérative Raketamena Bio. Il défend avec force la promotion des cactus.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.