Egypte: L'Egypte, la Grèce et Chypre appellent à multiplier les efforts pour contrer le terrorisme de manière décisive

Le sommet tripartite (Egypte-Chypre-la Grèce) a souligné la nécessité de multiplier les efforts internationaux pour lutter de manière décisive contre le terrorisme et de ne faire preuve d'aucune indulgence avec les Etats et les entités qui lui fournisse un refuge et le soutiennent en armes, en argent et en formation, tout en adoptant une approche globale pour traiter ce phénomène à la racine et inciter la communauté internationale à assumer ses responsabilités à cet égard, a affirmé le président Abdel-Fattah Al-Sissi lors d'une conférence de presse commune à l'issue du sommet l'ayant réuni avec son homologue chypriote, Nicos Anastasiades et le premier ministre grec, Kyriákos Mitsotákis à Nicosie.

"Nous avons eu des discussions constructives reflétant une convergence de vues sur les développements régionaux et internationaux et particulièrement dans la Méditerranée orientale qui témoigne de provocations sous forme de violations des règles du droit international, de menaces de recours à la force militaire, d'atteintes à la souveraineté des pays du voisinage, de soutien à l'extrémisme et au terrorisme et de transfert de combattants vers les zones de conflit", a ajouté M. Al-Sissi.

"Nous nous sommes accordés sur la nécessité de faire face à ces politiques d'escalade qui déstabilisent la région et de coordonner avec les partenaires internationaux pour préserver la sécurité régionale", a souligné le chef de l'Etat.

"Nous avons réitéré notre appui à la république de Chypre pour parvenir à un règlement global et durable de la question chypriote conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l'ONU de manière à réunifier l'île", a-t-il signalé.

"Concernant la Libye, nous nous sommes entendus sur le fait que le règlement politique global tenant compte de toutes les dimensions de la crise libyenne restait la seule voie pour réaliser la stabilité dans ce pays "frère", conformément à la déclaration du Caire publiée en juin 2020 et à la Conférence de Berlin, et qu'il était important de préserver l'unité territoriale de cet Etat, d'en faire sortir les forces étrangères, de désarmer et de démanteler les milices terroristes ainsi que de réunifier les institutions de l'Etat", a fait savoir le chef de l'Etat.

"Quant au processus de paix au Proche-Orient, nous avons convenu de la nécessité de poursuivre les efforts pour résoudre la cause palestinienne en vertu des résolutions internationales y afférentes et pour favoriser la reprise des pourparlers en vue d'atteindre l'objectif escompté".

"S'agissant de la Syrie, nous avons plaidé pour la reprise du dialogue sur la base de la résolution no 2254 qui demeure la principale référence du règlement politique et condamné toute présence militaire illégale sur le sol syrien ou tentative de modifier la composante démographique dans le nord du pays", a-t-il poursuivi.

"Pour ce qui est du mécanisme de coopération trilatérale lancé en 2014 au Caire, son rôle est de développer les relations aux échelons politique, militaire, économique et culturel et coordonner les positions vis-à-vis des questions jugées prioritaires sur les plans régional et international et cela a contribué à l'amorce de projets de coopération dans les secteurs de l'agriculture, du transport, du tourisme et de l'énergie", a-t-il indiqué

Et de rappeler que les trois pays avaient signé la charte fondatrice du Forum du gaz de la Méditerranée orientale qui représente non seulement un modèle d'encouragement de la coopération régionale et de préservation de la stabilité mais constitue un cadre pour déterminer les paramètres et les projets en commun dans le domaine gazier de façon à exploiter les immenses richesses de la région, tout en prenant en considération les droits souverains de chaque Etat.

Comme signe de la réussite de cette coopération, le président Al-Sissi a également évoqué l'accord de délimitation des frontières maritimes entre l'Egypte et la Grèce d'une part et Chypre d'une autre part.

De leur côté, les dirigeants grec et chypriote ont salué les efforts égyptiens pour mettre fin à l'immigration illégale et l'accueil en Egypte de près de 5 millions de réfugiés bénéficiant des mêmes droits et services dispensés à la population, mettant en exergue les mesures prises par les autorités du pays, par devoir moral, pour prévenir le départ des migrants depuis ses littoraux, et le fait que Le Caire n'ait pas cherché à instrumentaliser cette question pour faire chanter les partenaires européens ou tirer un bénéfice financier ou politique.

Plus de: Egypt Online

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.