Sénégal: Kaolack - Crise au marché central aux poissons

22 Octobre 2020

Lors d'une rencontre qui les a mobilisés, hier mercredi, faces à la presse, les responsables du Syndicat des travailleurs du marché central aux poissons de Kaolack ont exigé à l'Etat du Sénégal de reprendre la gestion de leur entreprise.

Le secrétaire général, Yaya Cissé, et ses camarades ont verbalement introduit cette requête, disent-ils, pour sauver le marché des délicats moments de turbulence qu'il traverse depuis plusieurs mois et qui pourraient, à la limite, le pousser sur une trajectoire irréversible.

La goutte d'eau qui a fait déverser le vase émane, en effet, des retards constatés sur le paiement des salaires de ces deux derniers mois : le 10 septembre pour les salaires du mois d'août et le 21 octobre pour les salaires de septembre.

Ainsi, ces travailleurs craignent d'éventuels retards de salaire, avec la panne des machines de fabrique de glace en ammoniac qui perdure. Cette glace qui est la seconde source de revenus du marché, en marge de la vente des tickets.

Depuis l'ouverture du marché en 2003, huit (8) directeurs se sont succédé à la tête de la structure. Mais, un seul a été recruté par voie normale, c'est-à-dire par Appel à candidatures.

A part cette personne, tous les autres gestionnaires ont été désignés par le concessionnaire, la mairie de Kaolack, en l'occurrence.

Et aussi depuis lors, racontent les travailleurs, le marché n'a jamais été portée à la hauteur des plus performantes entreprises de gestion et spéculation des produits halieutiques.

... CHEIKH OMAR NDAO, LE DIRECTEUR INTERIMAIRE, MINIMISE

Des suggestions et critiques que le directeur intérimaire du marché, Cheikh Omar Ndao, a balayé d'un revers de main.

Pour lui, cette panne qui est l'objet de toutes les spéculations et dont se servent tous les agitateurs pour créer une situation d'instabilité dans le marché est déjà résolue.

«A présent c'est plutôt un problème de mise à disposition d'ammoniac qui se pose et nous sommes en train de taper à toutes les portes pour disposer de ce produit. Nous gérons une entreprise et nous sommes conscients des charges qui nous attendent, tous les jours.

Présentement le marché ne dispose que de deux (2) sources d'approvisionnement pour remplir ses caisses : il s'agit des fonds tirés de la vente des tickets et ceux provenant de la spéculation de la glace.

Bien que pendant quelques semaines nous sommes totalement sevrés de cette dernière activité, nous avons quand-même réussi à payer nos salaires.

Et nous cheminons aujourd'hui vers une nouvelle stratégie d'organisation afin de pouvoir agir pour la postérité», a t-il adressé autant aux mareyeurs qu'aux responsables syndicaux.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.