Sénégal: Université de Thiès - La grève du SAES dans le "processus de maturation" d'une jeune université

Thiès — Les difficultés que traverse l'Université de Thiès, dont certains enseignants sont en grève depuis deux semaines, s'inscrivent dans un "processus de maturation" d'une jeune institution en construction, a indiqué mercredi son recteur Ramatoulaye Diagne Mbengue.

"Je situe les difficultés que nous traversons en ce moment dans ce processus de maturation de notre université, car lorsque certaines questions sont posées, elles nous obligent à nous asseoir et à nous demander ce que nous voulons'", a dit le recteur, interpellée sur la grève de la coordination du Syndicat autonome de l'enseignement supérieur (SAES), campus Thiès.

Le SAES campus de Thiès observe une grève depuis le 9 octobre dernier, sur la base d'une plateforme revendicative en 14 points, dont celui concernant une parcelle de terrain pour construire une cité des enseignants.

Ramatoulaye Diagne Mbengue a été interpellée sur ce sujet par un journaliste, mercredi, lors d'une séance d'information sur un projet d'optimisation de la chimioprévention du paludisme saisonnier (CPS), piloté par l'Université de Thiès pour le compte de 13 pays.

Selon le recteur, cette parcelle de 3 ha en question devait abriter le rectorat, mais vu qu'il était "raviné", il avait été échangé en 2017 par le recteur d'alors contre un autre de 2 ha, sur lesquels sont en train d'être construites des infrastructures de l'université.

Elle déclare que son "souci principal" est de "sécuriser le patrimoine" de l'Université "en construction", et a assuré que "les malentendus ont été dissipés" sur ce point.

Concernant le "malentendu" concernant le recrutement prévu de 20 enseignants, elle a expliqué que l'Université de Thiès s'est vu octroyer, entre temps, autant de postes par le ministère de l'Enseignement supérieure, de la Recherche et de l'Innovation.

Vu que la masse salariale devrait arriver après l'effectivité du recrutement, l'Université qui a déjà commencé à prendre en charge les 20 enseignants octroyés par le ministère sur ressources propres, "ne pouvait pas payer 40 postes en même temps", a-t-elle expliqué.

Il a été finalement retenu de considérer ces 20 postes comme des recrutements prévus par l'Université. "Lorsque nous recevrons l'argent (correspondant), nous pourrions procéder au recrutement des 20 postes" que le ministère a octroyés, a dit Mme Mbengue.

Le ministre de l'Enseignement supérieur vient de notifier à l'administration le maintien des 20 postes promis et qui seront notifiés cette semaine aux établissements, pour qu'ils procèdent au recrutement, a dit le recteur.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.