Rwanda: Le gouvernement fait machine arrière sur la hausse des prix des transports

Les tarifs avaient été augmentés à la fin du confinement, lorsque les bus ne pouvaient être remplis qu'à moitié afin de respecter la distanciation sociale. Malgré une petite baisse le 14 octobre, ils étaient restés supérieurs aux prix d'avant la crise du coronavirus.

Au Rwanda, le gouvernement a suspendu, mercredi soir, une augmentation des prix des transports qui avait suscité une vague de protestations de la population sur Twitter.

C'est sous le hashtag #RURA4transportfairness, que les internautes ont interpellé l'autorité de régulation des transports (RURA) d'abord, puis le Parlement, et enfin le président.

Alors que les conséquences économiques de la crise du coronavirus touchent de plein fouet la population, l'augmentation des prix a été vécue comme une injustice envers les plus pauvres.

« Il faut comprendre que pour la majorité des Rwandais, il est difficile de dépenser même 10 centimes d'euros de plus. Une décision qui entre en contradiction avec les réalités des plus vulnérables est une décision dangereuse », twittait ainsi la poétesse Inès Giramata, qui avec la chanteuse Clarisse Karasira, a rapidement rejoint le mouvement. Puis Frank Habineza, l'un des rares députés d'opposition, a appelé à la radio à la démission des dirigeants de l'autorité de régulation des transports s'ils ne baissaient pas les prix.

Des plaintes finalement entendues par les autorités qui ont annoncé la suspension des nouveaux tarifs, en attendant la reprise de l'économie. Entretemps, le gouvernement devrait subventionner les transporteurs afin de compenser leurs pertes. Une décision rapidement saluée sur Twitter, devenu ces dernières années une plateforme où les Rwandais s'expriment ponctuellement sur des sujets sociaux.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.