Sénégal: Premier ministre, une fonction aux allures de phénix au Sénégal (2/5)

22 Octobre 2020

Après avoir été élu Président de la République pour la deuxième fois consécutive par les Sénégalais, Macky Sall avait exprimé sa volonté de supprimer le poste de Premier ministre, le 6 avril 2019.

Un mois plus tard, l'Assemblée nationale adopte un projet de loi élaboré en Conseil des ministres, en vue de matérialiser cette volonté. Le projet de loi a été promulgué par le président Sall, le 14 mai 2019.

Nous vous proposons une série consacrée aux personnes qui ont incarné une fonction plusieurs fois supprimée puis reconduite au Sénégal. Pour le deuxième épisode, le focus est mis sur Habib Thiam et Moustapha Niass.

Habib Thiam, un bâtisseur «par le verbe et par l'action»

Habib Thiam est né le 21 janvier 1933 à Dakar. Il a été Premier ministre du Sénégal du 1er janvier 1981 au 2 avril 1982 puis du 7 avril 1991 au 3 juillet 1998.

Habib Thiam est issu de cette génération de cadres sénégalais sortis des universités françaises.

Il a été condisciple et compagnon en politique d'Abdou Diouf dont il sera également le Premier ministre durant plusieurs années. Thiam est assimilé à un grand bâtisseur «par le verbe et par l'action».

Il a notamment contribué aux côtés d'Abdou Diouf par sa vision a doté du Sénégal en des temps difficiles d'une démocratie apaisée en pleine vitalité. Son éloquence et sa prestance imposante reflétaient en lui un charisme naturel.

Moustapha Niass, un homme d'Etat accompli

Moustapha Niass est né le 4 novembre 1939 à Keur Madiabel. Il a été Premier ministre du Sénégal du 5 avril 1983 au 1er mai 1983, puis du 1er avril 2000 au 3 mars 2001.

L'actuel président de l'Assemblée nationale sénégalaise a été directeur de cabinet du président Senghor puis ministre de l'Urbanisme, de l'Habitat et de l'Environnement le 15 mars 1979 et ministre des Affaires étrangères le 19 septembre 1979.

En juin 1993, il redevient ministre des Affaires étrangères jusqu'en juillet 1998. En 2000, il est candidat de l'Alliance des forces du progrès (AFP) à l'élection présidentielle, parti qu'il avait créé après son départ du Ps le 18 juin 1999. Il arrive en troisième position au premier tour à la présidentielle de 2000.

À la suite de la victoire d'Abdoulaye Wade, acquise au deuxième tour, il est nommé Premier ministre dans le cadre d'un gouvernement élargi. Homme d'Etat accompli, M. Niass a occupé les plus hautes fonctions de la République.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.