Gabon: Cimaf Gabon, un industriel marocain convaincu du potentiel de l'Afrique

Libreville — Ciments de l'Afrique (Cimaf), filiale du groupe marocain Ciments de l'Atlantique (Cimat), est un industriel convaincu du potentiel de l'Afrique et de la nécessité de créer de la valeur ajoutée au sein du continent.

Installé depuis 2014 au Gabon, le groupe marocain a tiré vers le haut le secteur cimentier gabonais qui pâtissait de plusieurs maux, notamment le problème d'approvisionnement en ciment du marché local en raison des difficultés de l'ancien opérateur, en l'occurrence Cimgabon détenu à l'époque par le groupe norvégien Heidelberg.

Lorsque le groupe marocain est venu en 2014, il a lancé l'investissement pour la construction d'une nouvelle usine vu que celle de Cimgabon était vieillissante et se trouvait en crise par manque d'investissement, a souligné le directeur général de CIMAF-Gabon, Salim Kaddouri, notant que l'ancien opérateur, pourtant le seul au Gabon, ne détenait que 19 pc de part de marché, ce qui obligeait l'Etat à recourir aux importations pour combler le manque de production.

Après le démarrage de la nouvelle usine, construite par Cimaf-Gabon en 2015 pour un investissement de 40 millions d'euros, le groupe a vu sa part de marché grimper pour atteindre 35 pc avant d'arriver à 50-55 pc, a expliqué M. Kaddouri à la MAP, notant que le reste était comblé principalement par des importations.

Au sujet des importations, il a relevé qu'en 2017, l'Etat gabonais, convaincu de la crédibilité et de l'engagement de Cimaf-Gabon et de la nécessité de consolider l'industrie locale, a adopté un arrêté sur la suspension temporaire des importations (2017-2018) qui faisaient de la concurrence déloyale au groupe, relevant que cette suspension a été conditionnée par nombre d'engagements, notamment garantir le volume du ciment pas seulement à Libreville mais aussi à l'intérieur du pays, ce qui nécessitait d'importants investissements dans les moyens logistiques et de transport.

En termes de logistique, l'opérateur a dû faire face à plusieurs dilemmes dont le moyen de transport adéquat pour acheminer le ciment à l'intérieur du pays et les plateformes adaptées pour stocker le produit dans de bonnes conditions et éviter ainsi toute pénurie.

Il fallait opter, à cet effet, pour la voie terrestre ou ferroviaire pour certaines régions et la voie maritime dans la région qui ne peut être servie que par des barges telle Port-Gentil (ouest). S'agissant de la voie terrestre, le problème se posait avec acquitté lors de la saison pluviale étant donné que les Camions ont besoin d'au moins une semaine pour livrer la marchandise, tandis que sur la voie ferrée, le groupe a signé un contrat avec la Société d'exploitation du Transgabonais (Setrag) pour assurer l'approvisionnement de Franceville (sud-est).

La suspension temporaire des importations, a expliqué M. Kaddouri, a permis au groupe Cimaf-Gabon d'optimiser ses coûts, d'amortir progressivement son investissement et de réinvestir les capitaux dans d'autres installations, notamment une deuxième ligne de production d'une capacité de 350 mille tonnes pour un investissement de 14 millions d'euros.

La deuxième ligne de fabrication de ciment de l'entreprise Cimaf-Gabon a été inaugurée officiellement, en septembre dernier, en présence notamment de la Cheffe du gouvernement gabonais, Rose Christiane Ossouka Raponda et de l'Ambassadeur du Maroc au Gabon, Abdellah Sbihi.

Cet investissement additionnel du groupe marocain renforcera l'offre du ciment au Gabon avec une production qui passe à 1 million de tonnes par année. A cet égard, la cheffe du gouvernement gabonais a mis en avant la contribution de Cimaf-Gabon aux développements de l'industrie locale, tout en rappelant l'excellence des relations entre le Gabon et le Maroc.

Pour M. Kaddouri, le groupe a fait un pas de géant l'année dernière. "Il n'y avait pas de pénurie de ciment en 2019. Le service a été beaucoup amélioré en concluant plusieurs contrats, outre les transporteurs ont appris à travailler à flux tendu en améliorant la fiabilité de leurs moyens de transport", s'est-il félicité.

Cimaf-Gabon a atteint ses premiers objectifs, en l'occurrence produire 850 milles tonnes de ciment par an, devenir l'acteur majeur du ciment au Gabon, mettre un terme à la pénurie et rétablir l'image du secteur cimentier dans la mesure où les clients faisaient au début l'amalgame entre Cimgabon et Cimaf-Gabon.

La clé de la réussite, selon M. Kaddouri, réside dans la capacité du groupe à s'adapter à la réalité du marché gabonais, en dimensionnant sa production pour la haute saison (Juillet-août) où la demande peut passer de simple au double.

Après le démarrage de la deuxième ligne de production, l'objectif phare de l'industriel marocain reste la construction d'une Clinkerie au Gabon qui sera la première du groupe hors Maroc.

Avec la Clinkerie, le ciment va être fabriqué à 95 pc à base de produits locaux, ce qui va créer de la valeur ajoutée au niveau du pays avec davantage de postes d'emploi, transfert de technologie et surtout promotion de toutes les chaines de valeur au Gabon et des industries satellites, a expliqué le directeur général de CIMAF-Gabon.

La volonté du groupe de concrétiser la Clinkerie dont le coût s'élève à 100 millions de dollars, prouve la vision du groupe qui s'inscrit dans la stratégie africaine du Maroc, impulsée par SM le Roi Mohammed VI, basée sur le partenariat gagnant-gagnant et la création de la valeur ajoutée au niveau du continent.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.