Maroc: Le climat des affaires regagne une certaine confiance

Ce n'est pas l'embellie souhaitée. Mais c'est déjà ça !

La prudence reste toutefois de mise

Bank of Africa lance " creditbusinessonline.ma " , un concept novateur pour les entreprises

La confiance regagne du terrain dans les milieux des affaires, selon les résultats de l'indice agrégé relatif au climat des affaires au Maroc (iCAM) du troisième trimestre publié par Euros/Agency Africa, en partenariat avec le cabinet Insightek.

On ne peut que se réjouir de cette évolution, tant il est vrai que les effets de la pandémie de Covid-19 sur l'économie nationale n'ont laissé jusqu'à récemment que peu de place à l'optimisme.

D'après les résultats de l'enquête réalisée auprès de 1.200 chefs d'entreprise marocaines de tailles variées, représentant l'ensemble des secteurs d'activités, le sentiment de confiance des milieux d'affaires s'est amélioré au troisième trimestre 2020.

En effet, malgré la résurgence de la pandémie qui se traduit par la hausse du nombre de contaminations, l'indice iCAM a atteint 82.5 au troisième trimestre de l'année en cours reflétant ainsi un sentiment de marché des décideurs économiques qui s'améliore par rapport au deuxième trimestre 2020 (40.8).

En ce qui concerne la situation actuelle, l'agence Euros/Agency Africa constate que « les décideurs économiques ont un sentiment de nette amélioration de la situation actuelle comparée au deuxième trimestre 2020 suite au déconfinement et à la reprise de l'activité économique dans le Royaume (indice 82.1 au troisième trimestre 2020 comparé à 25.0 au deuxième trimestre 2020).

Comme l'a relevé l'agence d'affaires publiques, d'influence et de communication stratégique dans un communiqué, « avec un taux de réponses de 25% et représentant 80% des secteurs d'activités, les résultats de ce sondage reflètent une économie qui redémarre lentement, sur fond d'incertitudes entourant les perspectives et liées à l'évolution de la pandémie ».

Si les nouvelles sont bonnes de ce point de vue, Mohamed Kerkab, ancien professeur d'économie à Marrakech, reste toutefois sceptique sur le sentiment qui se dégage au travers cette enquête. Il estime que le climat des affaires est loin d'être favorable pour produire un tel ressenti d'autant plus qu'il a affecté l'investissement au Maroc.

« Il y a un manque de confiance vis-à-vis des politiques et le climat des affaires s'en trouve sérieusement perturbé. Ainsi, on ne peut parler d'amélioration dans les circonstances actuelles quand on sait que les questions de l'emploi, du chômage et des ressources humaines demeurent préoccupantes. Des situations qui persistent et remontent à bien avant l'avènement de la pandémie », fait-il remarquer.

En outre, Mohamed Kerkab estime que les sondages menés au Maroc auprès des opérateurs restent problématiques dans l'ensemble. Explications : « Ils dépendent du niveau de connaissance de l'opérateur sondé, de son rapport à la politique et bien d'autres paramètres. Dans ce sens, certains chefs d'entreprise sont excellents en affaires, mais n'ont pas le niveau de compréhension et d'analyse pour comprendre l'environnement mondial des affaires, par exemple, et vous dire ce qui se passe ou ce qu'ils ressentent réellement. Dans ce cas, ils vous donneront des réponses qui sont loin de refléter la réalité».

A noter que l'indice ne se limite pas à mesurer le sentiment de confiance des milieux d'affaires marocains quant à l'activité actuelle de leurs entreprises. Il sonde également les milieux d'affaires sur leurs perspectives sur les six prochains mois.

Ainsi, il ressort de la dernière enquête que la progression de la confiance des milieux d'affaires est moins évidente lorsqu'ils sont interrogés sur leurs perspectives à 6 mois (indice 82.8 au 3ème trimestre 2020 comparé à 58.6 au 2ème trimestre 2020). Il ressort dès lors de cette analyse que « si le déconfinement progressif a permis une reprise de l'activité, le redémarrage est plus lent que prévu et les incertitudes restent fortes quant à l'évolution de la pandémie et son impact sur les perspectives ».

En outre, poursuit l'agence de même source, les décideurs économiques sont également en attente de la mise en place effective du plan de relance gouvernemental. Sans vouloir paraître pessimiste, soulignons que le « rebond actuel du sentiment de marché, avec un indice qui se rapproche de la médiane, reste malgré tout inférieur à la situation internationale.

En particulier lorsqu'on le compare à son homologue allemand IFO Index, utilisant la même méthodologie d'évaluation, dont le plus bas score historique a été de 74.3 en avril 2020, et qui oscille aujourd'hui autour de 95 », a fait remarquer l'agence estimant ainsi que le score de 82.5 de l'iCAM reflète tout simplement une économie marocaine qui reste prudente.

Il n'empêche que « ce sentiment s'avère moins pessimiste que les prévisions de contraction globale de l'économie pour 2020 », a poursuivi l'agence soulignant que le quatrième trimestre confirmera ou infirmera cette tendance au vu de la résurgence de la pandémie. Dans tous les cas, Mohamed Kerkab est persuadé que le plus important est que ce ressenti se traduise par une amélioration de la pauvreté, de la situation du marché du travail et des ressources humaines. Aussi, pense-t-il, les entreprises doivent réellement s'investir dans le développement du pays et cesser de se lancer dans trop de domaines différents au point de ne plus être productives.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.