Centrafrique: Elections - Charles Armel Doubane ne sera pas candidat

Jean-Pierre Lacroix, chef des opérations de paix des Nations Unies, et Smail Chergui, Commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine, lors d'une visite en République centrafricaine.

En Centrafrique, le dépôt des candidatures à l'élection présidentielle et aux législatives commencera le 1er novembre. Les candidats pouront retirer les formulaires à partir de dimanche. Si certains candidats se sont déjà déclaré, d'autres étaient attendus, comme Charles Armel Doubane, ancien ministre notamment des Affaires étrangères. Mais ce dernier jette l'éponge.

Au dernier scrutin présidentiel Charles Armel Doubane avait recueilli 3,63% des voix. Mais cette année, l'ancien ministre, qui s'était positionné pour une concertation nationale, ne se présentera à aucun mandat.

Selon lui, les conditions ne sont pas réunies : insécurité grandissante qui empêche la libre circulation et la libre expression des citoyens, absence de sincérité du processus électoral lui-même avec la récente modification de la loi électorale...

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.