Sénégal: Thiès - Plusieurs quartiers changent de visage grâce au Promovilles

22 Octobre 2020

Lancé en 2016 pour un budget de 8,7 milliards de FCfa, le Programme de modernisation des villes (Promovilles) commence à changer le visage de certains quartiers de Thiès comme Cité Lamy, Diakhao, Keur Issa, Randoulène, etc.

Sur les 16 km de route prévus, plus de 9 sont déjà réalisés, avec toutes les commodités nécessaires.

Il tient une boutique à Cité Lamy depuis maintenant plusieurs années, Amadou maîtrise ce populeux quartier de Thiès comme il connaît son échoppe.

Mais aussi invraisemblable que cela puisse paraître, 2020 fait partie de ces rares années où il n'a pas constaté, dans cette zone, de graves inondations pendant l'hivernage.

«Je le disais à des amis qui habitent dans d'autres quartiers, mais ils ne m'ont pas cru. As-tu une fois entendu, durant tout l'hivernage, un habitant de City Lamy se plaindre de problèmes d'inondation, malgré l'ampleur des dégâts à Thiès?», s'interroge-t-il, avant de répondre à sa propre question.

«Personne». C'est le Promovilles qui est passé par là ! Cité Lamy fait partie de ces quartiers de Thiès bénéficiaires de la première phase de ce programme initié par l'État pour réaliser, dans plusieurs villes, des voiries incluant des réseaux d'assainissement, l'éclairage public, des aménagements paysagers, etc.

Les deux tronçons qui touchent le quartier Cité Lamy sont de la première phase financée par la Banque africaine de développement (Bad).

Il s'agit du tronçon qui va du rond-point de l'hôpital régional Elhadji Ahmadou Sakhir Ndiéguène au cimetière des Parcelles assainies, en passant par les quartiers Cité Lamy et Keur Dabo.

Il y a aussi le tronçon qui part de Cité Lamy, et qui passe par l'école Moda Kane et le poste de santé.

À Diakhao, les travaux réalisés dans le Promovilles ont aussi beaucoup soulagé les populations. «Pendant l'hivernage, nous éprouvions d'énormes difficultés à aller au cimetière pour enterrer nos morts.

C'était presque impossible de le faire à pieds», explique Amar Diouf, la soixantaine. Cette situation n'est aujourd'hui qu'un vieux souvenir. Le kilomètre et demi de route réalisés par le Promovilles ont permis de rapprocher les vivants des morts.

«Aujourd'hui, il peut arriver qu'on tombe sur des flaques d'eau ça et là après la pluie, mais pour l'essentiel, le problème est réglé», se félicite le vieux Diouf.

«Il y a également la route de Keur Issa, long de 1 km qui relie ce quartier à Madina Fall. C'était presque un chemin abandonné, mais actuellement la route est butinée, électrifiée avec toutes les commodités.

Maintenant, on peut y aller à tout moment sans aucune difficulté», souligne Ahmed Mbaye, conseiller technique n°1 du maire Talla Sylla. Il est aussi un des points focaux du programme à la mairie de ville de Thiès.

«La route réalisée au quartier Abdoulaye Yakhine, longue de 750 m a la particularité d'avoir, en même temps, à côté, une mini-station de pompage d'eau.

Parce qu'en période d'hivernage, la route qui mène au terrain Cosmos est impraticable.

Avec cette mini-station de pompage de deux motopompes d'une capacité de 250 m3/h, en période d'hivernage, ceux qui habitent ce quartier n'ont plus de problème de mobilité», ajoute M. Mbaye.

La voirie qui part de l'école Château-d'eau de Randoulène à la Place de France, et qui, selon de nombreux témoignages, était impraticable, même à pied, est aujourd'hui complètement refaite avec du béton, épaisseur : 25cm.

Un impact positif

Le quartier Grand-Standing a aussi bénéficié de ces routes et aménagements. Près de 4 km de voiries ont été réalisées dans ce quartier. «La route qui part de la porte arrière de la gare routière jusqu'à la station Edk a été réalisée par Promovilles.

Il y a aussi beaucoup d'autres routes secondaires qui ont été construites dans ce quartier.

Le volet financé par la Bad est aujourd'hui totalement bouclé. Actuellement, nous avons réalisé 9,3 km de route sur les 16 km prévus. Nous allons vers la deuxième phase.

D'autres axes seront réalisés», soutient Ahmed Mbaye. Selon lui, le Promovilles a impacté positivement le quotidien des Thièssois. «La circulation est devenue beaucoup plus fluide.

Plusieurs quartiers ont été désenclavés. Des routes ont aussi été éclairées, et qui parle d'éclairage, parle de sécurité.

En dehors des routes, il y a des projets connexes comme la réhabilitation de 5 écoles et la construction de nouvelles salles de classe, de bibliothèques, de logements pour gardiens, etc.

L'entreprise est déjà choisie. Les responsables du Promovilles ont fait tout ce qu'ils devaient faire. Je pense que les travaux vont démarrer incessamment. Il y a également le volet aménagement-paysager.

Le marché sera bientôt lancé. On va reprendre les portiques aux entrées de Thiès en venant de Dakar, Saint-Louis et Diourbel.

Des ronds-points seront aménagés dans le programme», explique le point focal de ce programme à la mairie de Thiès.

Débuts difficiles

Lancé en 2016 à Thiès pour une enveloppe de 8,7 milliards de FCfa, ce programme a tout de même connu des débuts difficiles dans la capitale du rail. Aussi, reste-t-il environ 6 km de route à réaliser sur les 16 km prévus.

La première phase devrait démarrer avec un tronçon à Hersent et un à Mbour 3. «Malheureusement, nous avons eu des difficultés avec ces deux tronçons dans l'exécution.

Cette phase pilote était financée par le Budget consolidé d'investissement (Bci) de l'État du Sénégal. Mais l'entreprise qui avait gagné le marché n'a pas su exécuter correctement les travaux.

Dernièrement, les responsables de Promovilles ont décidé d'annuler le contrat. La procédure est en cours. Une fois à terme, une autre entreprise sera choisie pour exécuter correctement les travaux.

Il était prévu 800 m à Hersent et 1,5 km à Mbour 3, ce qui ferait un total de 2,3 km», note Ahmed Mbaye. Mais ces tronçons seront réalisés dans la deuxième, en plus des autres qui sont prévus.

«Ce programme a changé le visage de Thiès, c'est du concret. C'est le moment de remercier le Président de la République, Macky Sall, mais aussi le maire Talla Sylla.

Parce que Thiès ne faisait pas partie de la première phase, il a fallu que le maire utilise ses relations pour que notre ville soit intégrée», mentionne-t-il.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.