Congo-Kinshasa: Kanku lance un appel à faire bloc autour de Félix Tshisekedi !

*"Nous avons assisté à des différentes actions de sape orchestrées par les membres du FCC contre leur partenaire dans le but de saboter son action. La dernière en date, c'est l'acte posé par les Présidents des deux chambres sur ordre de leurs familles politiques afin d'empêcher la prestation de serment de 3 juges nommés en toute légalité par le Chef de l'Etat. Ce qui est extrêmement grave, d'autre part, c'est l'absence remarquable du Premier ministre à qui le Conseil des ministres avait, pourtant, demandé d'organiser la même cérémonie, acte de rébellion qui devrait, en principe, être sanctionné par le Chef de l'Etat en exigeant sa démission", a déclaré Clément Kanku Bukasa wa Tshibuabua, lors d'un point de presse tenu hier, au siège du Mouvement pour le Renouveau, situé à Lingwala.

Bien plus, "nous devons nous rendre à l'évidence, cette coalition bâtie sur fond d'hypocrisie est un véritable obstacle à la mise sur pied d'une politique ayant pour objectif de répondre aux attentes de ce peuple qui n'a que trop souffert.

Nous avons assisté à des différentes actions de sape orchestrées par les membres du FCC contre Félix Tshisekedi, leur partenaire, dans le but de saboter son action", soutient-il.

Selon lui, "l'heure de vérité a sonné. Il est venu le temps de reprendre notre destin en main. Chaque congolais a l'obligation de se battre pour s'affranchir de cette forme d'esclavagisme dans lequel veut nous soumettre l'ancien régime.

C'est pourquoi, nous encourageons le Chef de l'Etat à suivre la volonté du peuple.

Nous lançons donc un appel à la mobilisation générale pour que l'ensemble de la population fasse bloc contre ceux qui veulent prendre ce pays en otage après 18 ans de règne et nous voulons par la même occasion, rassurer le Chef de l'Etat du soutien de la population, véritable majorité populaire afin de consolider les acquis de l'alternance démocratique".

Point de presse de l'Honorable Clément KANKU BUKASA WA TSHIBUABUA

Jeudi 22 octobre 2020

Il y a deux ans le Congo vivait sa première alternance démocratique à la suite d'un processus électoral controversé. Cette alternance démocratique a suscité beaucoup d'espoir dans le chef de la population qui espérait tourner la page de 18 ans de gouvernance chaotique du régime passé.

Mais, la fraude électorale organisée par ce dernier lui a donné une majorité artificielle dans les organes délibérants.

C'est dans ce contexte que le Chef de l'état actuel a été obligé de partager le pouvoir avec ceux-là même qui avaient mis ce pays à genoux et que la population avait sanctionnés sévèrement dans les urnes.

Deux ans après cet attelage des forces politiques aux idéaux diamétralement opposés, nous réalisons que cette coalition bat de l'aile et que les relations sont caractérisées par des conflits à répétition, faisant perdre au Chef de l'Etat actuel, un précieux temps qu'il aurait dû consacrer à remettre le pays sur pied.

Chers compatriotes,

Nous devons nous rendre à l'évidence, cette coalition bâtie sur fond d'hypocrisie est un véritable obstacle à la mise sur pied d'une politique ayant pour objectif de répondre aux attentes de ce peuple qui n'a que trop souffert.

Nous avons assisté à des différentes actions de sape orchestrées par les membres du FCC contre leur partenaire dans le but de saboter son action.

La dernière en date, c'est l'acte posé par les présidents des deux chambres sur ordre de leurs familles politiques afin d'empêcher la prestation de serment de 3 juges nommés en toute légalité par le Chef de l'Etat.

Ce qui est extrêmement grave, d'autre part, c'est l'absence remarquée du premier ministre à qui le Conseil des ministres avait demandé d'organiser la même cérémonie, acte de rébellion qui devrait être sanctionné par le Chef de l'Etat en exigeant sa démission.

Chers compatriotes,

Pour mettre fin à cette confusion alimentée par l'ancienne majorité, nous demandons au Chef de l'Etat de consulter la population en lui donnant l'occasion de lui présenter une nouvelle majorité qui répondra cette fois à la volonté du peuple et non à celle des officines qui vont les nommer, tel est le cas aujourd'hui. La dissolution de l'Assemblée nationale s'impose donc.

Chers compatriotes,

L'heure de vérité a sonné. Il est venu le temps de reprendre notre destin en main. Chaque congolais a l'obligation de se battre pour s'affranchir de cette forme d'esclavagisme dans lequel veut nous soumettre l'ancien régime.

C'est pourquoi, nous encourageons le Chef de l'Etat à suivre la volonté du peuple.

Nous lançons donc un appel à la mobilisation générale pour que l'ensemble de la population fasse bloc contre ceux qui veulent prendre ce pays en otage après 18 ans de règne et nous voulons par la même occasion, rassurer le Chef de l'Etat du soutien de la population, véritable majorité populaire afin de consolider les acquis de l'alternance démocratique.

Le changement, c'est maintenant !

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.