Congo-Kinshasa: Guéguerre FCC-CACH - «Un semblant de bras de fer qui paralyse le pays» (Martin Fayulu)

Felix Tshisekedi speaks after being sworn in as president of the Democratic Republic of Congo.

Quelques heures après la cérémonie de prestation de serment contestée de trois nouveaux juges constitutionnels devant le chef de l'Etat, le leader du parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé), s'est adressé à la population congolaise face à ce qui l'a qualifié de «semblant de bras de fer entre les partenaires en coalition au pouvoir», à savoir, le Front Commun pour le Congo (FCC) et le Cap pour le Changement (CACH). Martin Fayulu est monté au créneau, et d'un ton sec il a décrié les divergences qui perdurent au sein de la coalition au pouvoir et qui, selon lui, bloque intentionnellement le fonctionnement des institutions de la République.

«En effet, au moment où toutes les filles et tous tes fils du Congo se mobilisent pour sauver le pays de l'occupation de ses terres, du pillage de ses ressources naturelles ainsi que de sa balkanisation, la coalition FCC-CACH nous distraie avec un semblant de bras de fer qui paralyse le pays et détruit davantage les piliers de la démocratie », a tonné l'actuel Coordonnateur de la plateforme Lamuka.

Pour Martin Fayulu, cette stratégie, aménagée par les sociétaires de la coalition au pouvoir, consiste à «donner l'impression qu'ils sont en conflit alors qu'en réalité, ils entretiennent la diversion pour contourner les vrais problèmes qui prévalent au pays ». Parmi lesquels, il a cité la précarité de la situation économique et la misère noire dans laquelle croupit le peuple congolais ; l'insécurité généralisée dans le pays ; la corruption érigée en système de gouvernance ; la présence des armées étrangères sur le sol congolais ; l'exhumation du rapport Mapping et la création d'un Tribunal international pour le Congo ; l'occupation et la menace de la balkanisation de la RDC.

Faut-il le rappeler, la cérémonie querellée de prestation de serment de trois juges constitutionnels qui a eu lieu dans la salle de Congrès du Palais du Peuple, mercredi dernier, a intensifié la crise existante entre partenaires de la coalition au pouvoir.

Appel à un consensus

Au regard de ce tableau sombre qu'à peint celui qui se fait passer pour le « Soldat du peuple », Martin Fayulu demande, en toute responsabilité, aux leaders des confessions religieuses d'offrir leurs bons offices pour pouvoir réunir toutes les parties prenantes afin de trouver consensuellement une solution à la crise qui déchire le pays.

Pour ce faire, il en appelle à l'accompagnement des Présidents des pays membres de la SADC. Et aux pays membres de la communauté internationale, le président national de l'ECIDé les exhorte à se ressaisir afin d'aider les congolais à retrouver une stabilité pérenne pour le pays et pour la région au travers de la mise en place des institutions légitimes, gage du développement.

« N'accompagnez donc personne dans une forfaiture de plus et refuser que l'on établisse les "coups d'état" comme mécanisme d'accession au pouvoir », a-t-il martelé.

MESSAGE DE MARTIN FAYULU A LA NATION CONGOLAISE DU 21 OCTOBRE 2020

Mes chers compatriotes,

Le spectacle hideux auquel nous assistons aujourd'hui et l'image nauséabonde des institutions illégitimes mises en place après le hold-up électoral de janvier 2019 traduisent une théâtralisation inacceptable de la vie politique et le mépris de l'intérêt général.

En effet, au moment où toutes les filles et tous tes fils du Congo se mobilisent pour sauver le pays de l'occupation de ses terres, du pillage de ses ressources naturelles ainsi que de sa balkanisation, la coalition FCC-CACH nous distraie avec un semblant de bras de fer qui paralyse le pays et détruit davantage les piliers de la démocratie.

Leur stratégie consiste à donner l'impression qu'ils sont en conflit alors qu'en réalité, ils entretiennent la diversion pour contourner les vrais problèmes qui se posent au pays, notamment : la précarité de la situation économique et la misère noire dans laquelle croupit le peuple congolais ; l'insécurité généralisée dans le pays ; la corruption érigée en système de gouvernance ; la présence des armées étrangères sur le sol congolais ; l'exhumation du rapport Mapping et la création d' un Tribunal international pour le Congo ;

l'occupation et la balkanisation de notre pays.

Voilà pourquoi, dans leur au peuple congolais du 15 octobre courant, nos Evêques nous encouragent en disant : "l'heure de nous mettre debout et de marcher dans la lumière a sonné. Réveillons-nous de notre sommeil pour un engagement citoyen".

Mes chers compatriotes,

Messieurs Kabila et Tshisekedi se disputent le pouvoir qu'ils ont confisqué au peuple. Chacun d'eux veut maintenant la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI, et la Cour constitutionnelle avec l'intention manifeste de poursuivre l'œuvre de destruction perpétuelle de la démocratie par des "coups d'état". La CENI et la Cour constitutionnelle doivent être réellement indépendantes et libérées de l'emprise de quelque faction politique que ce soit. Ainsi, seule une dénonciation publique du "deal" peut attester de la sincérité de chacun d'eux.

N'accompagnez donc personne dans une forfaiture de plus et refuser que l'on établisse les "coup d'état" comme mécanisme d'accession au pouvoir.

C'est pourquoi, en toute responsabilité, je demande, une fois de plus, aux leaders de nos confessions religieuses, nos pères spirituels, d'offrir leurs bons offices pour pouvoir réunir toutes les parties prenantes afin de trouver consensuellement une solution à la crise qui déchire notre pays.

Aux Présidents des pays membres de la SADC, je les prie de s'engager à accompagner les leaders religieux congolais dans la recherche d'une solution à la crise congolaise.

Aux membres de la communauté internationale, je les exhorte à se ressaisir afin d'aider les congolais à retrouver une stabilité pérenne pour le pays et pour la région au travers de la mise en place des institutions légitimes, gage du développement.

Que Dieu bénisse la RD Congo et son vaillant peuple.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.