Madagascar: Haute cour de justice - La procédure de mise en accusation débute

Comme il fallait s'y attendre, les députés membres de la commission spéciale de mise en accusation devant la Haute cour de Justice ont attendu l'ouverture de la session budgétaire pour examiner les dossiers qui leur sont transmis. La première réunion de la commission aura lieu ce jour à Tsimbazaza.

La poursuite d'anciennes hautes personnalités impliquées dans le détournement de deniers publics, l'abus de pouvoir, le trafic des bois précieux est remise sur le tapis. Après la mise en place de la commission spéciale de mise en accusation au sein de l'Assemblée nationale, les députés n'ont jamais abordé le traitement des dossiers brûlants.

Cependant durant la session qui se tient actuellement, le sujet est inscrit à l'ordre du jour et devrait être présenté en séance plénière le 17 novembre. Pour l'instant, aucun nom des hauts responsables étatiques n'est dévoilé. La commission n'a pas non plus communiqué le premier dossier à examiner. La procédure indique que les membres enclencheront une enquête, pour qu'ils puissent établir la résolution de mise en accusation. La résolution sera remise à la présidente de la Chambre basse avant sa présentation à la session plénière.

Mis à part le découpage géographique entre la région Vatovavy et Fitovinany, la poursuite des hautes personnalités devant la Haute cour de Justice est un autre sujet délicat soumis aux députés. Les treize dossiers transmis à l'Assemblée nationale impliquent d'anciens ministres. Cette fois, les yeux des justiciables sont braqués sur Tsimbazaza sur la suite du traitement de dossiers s'ils nécessitent l'ouverture d'une instruction auprès de la juridiction de la poursuite ou non.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.