Madagascar: Plus de 12 millions de personnes bénéficiaires d'une distribution de masse des médicaments (DMM) contre les maladies tropicales négligées à Madagascar

Plus de 12 270 000 de malgaches ont bénéficié d'une campagne d'administration de masse de médicaments, organisée par le Ministère de la Santé Publique avec l'appui des partenaires techniques et financiers. Cette campagne vise à enrayer trois maladies tropicales négligées, notamment la filariose lymphatique, la bilharziose et les géo-helminthiases.

« Madagascar est endémique à ces maladies tropicales négligées, la majorité des régions étant touchées. Il est important d'atteindre les personnes qui ont besoin d'un traitement, d'autant plus que l'accès aux soins de santé reste difficile, notamment dans les zones rurales », a déclaré la Représentante de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Dr Charlotte Ndiaye.

Cette année, à cause de la pandémie de la COVID-19, la mise en œuvre de la campagne de DMM a été scindée en deux phases. La première phase s'est déroulée au cours des mois de Juin et Juillet 2020, tout d'abord au niveau de 58 districts sanitaires (répartis dans 13 régions) dont le risque de transmission de la COVID-19 était encore mineur. Ceci représente un peu plus que la moitié de 106 districts ciblés par cette importante intervention de santé publique.

Quatre mois après le début de l'exercice, des femmes, hommes, et enfants à travers le pays ont bénéficié de cette campagne qui permettra de prévenir et de traiter ces 3 maladies invalidantes. Parmi les 58 districts sanitaires priorisés pour la première phase, 56 ont pu traiter les cibles respectives des trois principales maladies à chimiothérapie préventive.

La distribution de médicaments contre la filariose lymphatique cible toutes les personnes de plus de 2 ans, sauf les personnes gravement malades, les femmes enceintes et allaitantes de moins d'une semaine. En ce qui concerne la distribution de médicaments contre la bilharziose et contre les géo-helminthiases (autrement appelé vers intestinaux), les enfants d'âge scolaire (de 5 à 14 ans révolus) sont ciblés.

« Ces maladies, si elles ne sont pas traitées à temps, peuvent entraîner une invalidité à long terme, réduisant la qualité de vie des personnes et nécessitent donc des actions continues, » a ajouté Dr Charlotte Ndiaye. En effet, la filariose lymphatique entraine des difformités physiques qui résultent souvent en une stigmatisation sociale, une perte d'emploi et de revenus et une augmentation des dépenses médicales pour les personnes affectées et leurs aidants. Généralement contractée pendant l'enfance, les manifestations visibles de la maladie n'apparaissent qu'un peu plus tard dans la vie et deviennent d'emblée irréversibles. Les vers intestinaux et la bilharziose peuvent aussi avoir des conséquences irréversibles à long terme chez les enfants comme chez les adultes qui vont des troubles de la croissance et du développement (géo-helminthiases) à la stérilité (bilharziose).

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle avec la pandémie de COVID-19, la stratégie de distribution en « porte à porte » a été adoptée. Les distributeurs communautaires sont dotés en masques et en gels désinfectants pour leurs tâches durant la campagne en plus de la promotion de lavage des mains. Ils sont également formés pour le respect de la distanciation physique et le respect de l'hygiène respiratoire.

L'OMS, à travers le projet ESPEN ou Expanded Special Project for Elimination of Neglected Tropical Diseases, a facilité la disponibilité des médicaments dans le pays. OMS/ESPEN a contribué financièrement pour la DMM en hauteur de 900 000 USD. Les principaux partenaires de ce projet sont notamment le Département du Développement international pour le gouvernement britannique - DFID, L'Agence des États-Unis pour le développement international - USAID, MERCK (Société pharmaceutique multinationale américaine), le Gouvernement coréen à travers l'agence KOICA et la Fondation Bill et Melinda Gates - BMGF, et bien d'autres.

Le Gouvernement Malagasy, à travers le Projet d'Amélioration des Résultats Nutritionnels de la Banque Mondiale, a apporté une contribution financière pour la mise en œuvre de la DMM dans 23 districts des 5 régions avec un montant d'environ 455 000 USD. Le Schistosomiasis Control Initiative (SCI) qui œuvre spécifiquement pour la lutte contre la bilharziose a donné son appui dans la mise en œuvre de la DMM des districts à traiter pour la bilharziose et les vers intestinaux avec un montant d'environ 870 000 USD.

Le soutien des partenaires pour cette première phase de la campagne a été impressionnant. Néanmoins, il reste encore beaucoup à faire pour promouvoir la santé et le bien-être de millions d'hommes, de femmes et d'enfants pris au piège de la pauvreté, et pour ensemble faire avancer la politique de promotion de la santé du pays.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.