Libye: Signature d'un cessez-le-feu «permanent» et «immédiat» entre les belligérants

Réunion de la Commission militaire mixte libyenne à Genève.

Les Nations unies ont annoncé, ce vendredi 23 octobre, un cessez-le-feu global et permanent en Libye entre le camp de Khalifa Haftar à Benghazi et celui du gouvernement d'union nationale basé à Tripoli. Les belligérants ont signé un accord après cinq jours de discussions à Genève.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a salué ce vendredi l'accord de cessez-le-feu conclu en Suisse le même jour entre les parties libyennes, jugeant qu'il s'agissait d'« une étape fondamentale vers la paix et la stabilité en Libye ».

Depuis la conférence de Berlin en janvier 2020, trois commissions ont négocié pour sortir de la crise. La dernière, à Genève, était chargée des questions sécuritaires et militaires. Pour Stéphanie Williams, cheffe de la Manul, la force onusienne présente dans le pays, « beaucoup reste à faire dans les semaines à venir », et si le chemin pour aboutir à cet accord de cessez-le-feu « global et permanent » a été « long et difficile », ce qui reste à faire l'est aussi.

Stéphanie Williams avait adressé, lors de sa conférence de presse qui a suivi la signature, un ultime appel aux forces étrangères impliquées en Libye pour qu'elles cessent leurs ingérences, qu'elles retirent leurs mercenaires et surtout respectent l'embargo sur les armes, une résolution que certains pays violent depuis des années.

Départ des mercenaires

C'est donc une avancée notoire qui a été conclue mais qui va très vite être confrontée à la réalité du terrain. Les chefs des deux délégations ont affirmé en tout cas qu'ils allaient dès maintenant appliquer les résolutions prises à Genève.

Selon l'accord, les mercenaires étrangers doivent quitter la Libye dans une période de 90 jours, période qui commence ce vendredi 23 octobre. C'est un point très important pour que la paix puisse être effective. Dans le même temps, les forces armées locales doivent retourner à leurs bases et se retirer des alentours de Syrte.

Des comités militaires conjoints veilleront à l'application de l'accord et se chargeront du mécanisme de retrait, de la formation des forces communes à qui on confie la sécurité du pays.

Premier vol civil Benghazi-Tripoli

Quant à la question des milices, elle est laissée au nouveau gouvernement d'union nationale, qui devrait les dissoudre tout en intégrant certains de ces éléments dans l'armée régulière. Le gouvernement doit aussi terminer le travail sur la réunification de l'armée.

Une réunion inclusive, sous l'égide de l'ONU, regroupant des représentants des deux parties, de l'ancien régime, mais aussi de la société civile, doit avoir lieu le 9 novembre prochain en Tunisie. On devrait y discuter notamment de la nomination d'un gouvernement d'union nationale.

Enfin, un signe positif concret à noter : pour la première fois depuis des années, un vol civil a relié ce vendredi matin Tripoli à Benghazi.

A La Une: Libye

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.