Cameroun: Femmes de petite taille - Course contre les préjugés

Au quotidien, elles doivent affronter, comme toutes les personnes handicapées, le regard des autres et la discrimination.

Elle est le visage de la lutte pour la reconnaissance des droits des personnes de petite taille au Cameroun. Zenab Mepouompout, plus connue sous le nom de Nanny Power, vit pour que leurs talents soient reconnus, au-delà de leur apparence. Zenab comme ses pairs de l'association qu'elle coiffe, est atteinte de nanisme, défini en général comme un ralentissement de la croissance osseuse, en raison d'une condition génétique ou accidentelle (maladie, carence, environnement). Le nanisme se caractérise par une taille adulte de 1,45 mètre ou moins - la taille moyenne étant de 1,22 mètre. Parmi les complications courantes figurent notamment une incurvation des jambes ou une courbure du dos.

Zenab souhaite que cette condition physique qui attire très souvent des regards curieux, mais surtout une forme de marginalisation, ne soit pas un frein à leur épanouissement. Ce combat, elle le mène depuis le lycée. C'est à cette période de sa vie qu'elle commence à voir les choses autrement. Résultante d'un épisode traumatisant. « Quand j'ai voulu entrer dans un lycée, on y a refusé ma candidature. Il a fallu que mon père intervienne afin que je puisse être intégrée. Et là, j'ai pensé à toutes ces personnes de petite taille qui sont sans soutien familial », regrette Nanny Power. C'est alors que lui vient l'idée de créer l'Association nationale des personnes de petite taille du Cameroun, finalement légalisée en 2012. La jeune dame y croise de nombreuses femmes, qui vivent comme elle des situations complexes au quotidien, entre moqueries, étonnement, discriminations, rejet, et une somme d'autres situations négatives. Particulièrement quand il s'agit de trouver un emploi. Quelles que soient leurs qualifications académiques et professionnelles, les membres de l'association butent contre des obstacles rugueux.

C'est le cas d'une jeune femme de petite taille qui a souhaité garder l'anonymat. Il y a cinq ans, elle avait réussi le concours des infirmiers. Après sa formation, elle a logiquement cherché du travail. « Alors elle a déposé son CV pour être employée dans un hôpital que je ne nommerais pas. Vous savez, quand on dépose un CV, l'employeur qui le reçoit ignore tout de l'envoyeur. Alors ils ont été émerveillés par son CV », se souvient Nanny. Quand est venue l'heure de l'entretien, les potentiels recruteurs se sont montrés méprisants, doutant même qu'il s'agissait bien de la personne derrière les états de service qu'ils ont découverts en épluchant le document. « Elle s'est sentie terriblement frustrée et dénigrée. Il a fallu lui parler et la suivre psychologiquement pendant des mois pour la remonter, et qu'elle retrouve l'estime de soi », regrette la présidente de l'association.

Ces frustrations de la discrimination à l'embauche, Hapsatou, elle aussi de petite taille, les a rencontrées maintes fois. Quand nous l'avons croisée pour la première fois il y a trois ans à l'occasion de la journée dédiée à la personne handicapée, elle a partagé son expérience traumatisante. « J'ai eu un choc en quittant mon Penja natal (Littoral) pour me rendre à Yaoundé en quête d'un travail », rappelle celle qui détient une formation en secrétariat bureautique. Elle espérait réaliser ses rêves dans la capitale, mais elle a vite déchanté. « Dans tous les secrétariats où j'ai demandé du travail, on me renvoyait sans autre forme de procès, ou on me demandait si je venais faire des photocopies. Il y en avait toujours un avec un air moqueur quand je donnais la vraie raison de ma présence », dit-elle. Il a fallu deux ans de recherche et un coup de pouce d'une connaissance à Hapsatou pour lui obtenir un job dans un secrétariat au quartier Etoa-Meki.

Des circonstances contre lesquelles des associations comme celle de Nanny Power, ou « Handicapés sans frontières » de Claude Junior Mbag, lui-même de petite taille, se battent. Et dans une certaine mesure, les regards changent. L'émission « Handicap Show » diffusée sur la Crtv et présentée par Zenab y a fortement contribué, sans compter toutes les initiatives créées pour favoriser l'emploi de la personne de petite taille. « Beaucoup parmi nous ont repris courage », clame-t-elle. Changer les avis sur leurs aptitudes professionnelles et intellectuelles est une vocation de tous les jours, même si elles font face à d'autres défis, d'ordre matrimonial par exemple. Difficile de trouver un potentiel partenaire quand on fait à peine plus d'un mètre. « Il paraît que c'est plus facile pour les hommes de petite taille de se marier que pour nous, les femmes », lance Hapsatou. Mais ça, c'est un tout autre débat...

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.