Gambie: Un ancien ministre gambien insiste que l'ancien Président Jammeh avait réussi à soigner et à vaincre la maladie du Sida

23 Octobre 2020

Dr Tamsir Mbowe, ex-Ministre de la Santé sous l'ancien régime, insiste et persiste que le Président Yahya Jammeh avait réussi à soigner la maladie du Sida, déclarant que l'ancien Président utilisait des herbes médicinales pour traiter le virus. " Le pays entier est au fait que la ville de Kanilai était connue et réputée pour ses médicaments traditionnels."

Dr Mbowe, qui témoignait hier devant la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations, est le premier témoin de la Commission à défendre le programme de traitement de l'ancien Président malgré la déposition de plusieurs témoins décrivant le traitement de "faux et de nul avenue".

Il a déclaré à la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations qu'il a été Directeur des Services de Santé de 2004 à 2007 et a été nommé Ministre de la Santé. Il a ajouté que l'ancien Président Yahya Jammeh a annoncé en Janvier 2007 qu'il était capable de soigner la maladie du sida.

Il a déclaré que Yahya Jammeh lui avait confié qu'il possédait des herbes qui pouvaient vaincre le virus du VIH/SIDA. A ce moment, le Procureur Principal Mr Essa Faal est intervenu et a rappelé au témoin qu'il est important que "nous puissions tous parler le même langage."

Le Procureur Principal a poursuivi pour dire que les archives publiques démontrent que l'ancien Président a attesté qu'il avait trouvé un remède pour la maladie du VIH/SIDA. "En effet, Jammeh a déclaré: ' Ce n'est pas un débat, mais un fait concret. J'affirme et déclare que je suis capable de guérir la maladie du SIDA et je le prouverai".

Dr Mbowe a répété que Yahya Jammeh lui avait dit qu'il avait les herbes traditionnelles capables de vaincre ou guérir le VIH/SIDA.

Mr Mbowe a soutenu que Yahya Jammeh a non seulement vaincu le virus du VIH/SIDA, mais il a également réussi à guérir et rétablir les victimes du VIH/SIDA.

Le Dr Mbowe estime que les rapports attribuant la paternité d'une découverte médicale contre le VIH/SIDA à l'ancien Président pourraient émaner d'une erreur de Jammeh dans la mesure où bon nombre de personnes ont également affirmé avoir été guéris de la maladie du VIH/SIDA.

" Je me rappelle que Jammeh a déclaré qu'il avait la capacité de traiter la maladie du VIH/SIDA en l'espace de 3 à 10 jours. Ce message a été transmis au public, une invitation à tous et à toutes de prendre part au programme de traitement."

"Je ne pourrais dire grand-chose sur le premier groupe de patients car je ne faisais partie du groupe de personnes qui les ont sélectionnés. Cependant, à l'heure où nous parlons, la médecine conventionnelle a condamné tous les malades du VIH/SIDA à la mort" a-t-il déclaré, affirmant que "plusieurs patients sont morts du virus du VIH/SIDA en 2007."

Selon lui, la médecine conventionnelle a condamné les malades du VIH/SIDA à la mort car aucun remède capable de vaincre la maladie n'a jusqu'ici été trouvé. Il a ajouté qu'il n'y a aucun remède capable de traiter la maladie du VIH/SIDA.

"Je me dois de rappeler à votre attention que nous disposons non seulement de médicaments conventionnels et classiques, mais également de médicaments traditionnels. En fait, bien peu de patients ont été déclarés porteurs du virus du VIH/SIDA en 2017," a déclaré Mr Mbowe.

Mr Faal a révélé au témoin que, qu'il approuve ou non les avancées scientifiques et médicales, le virus du SIDA ne constitue désormais plus une peine capitale. Le Dr Mbowe a cependant répliqué que le virus du VIH/SIDA était bel et bien une peine capitale en 2007.

A la question à savoir si le virus demeure de nos jours une peine de mort, il a répondu qu'il ne pourrait le dire avec certitude car " Nous avons différents types de médicaments provenant à la fois du secteur conventionnel et du secteur traditionnel sur le marché."

"Durant la période de mes fonctions de Directeur General du Programme de Traitement (VIH/SIDA) de l'ancien Président, mon rôle principal était d'apporter aide et assistance à Jammeh en supervisant et en veillant sur les malades."

Lorsqu'il lui a été demandé de faire une description précise de ses taches et fonctions, il a déclaré que son rôle était de recueillir les plaintes des malades, de vérifier les symptômes ou anomalies et ensuite de faire un rapport au Président tout en lui proposant ou non le besoin de transférer les malades à Banjul ou Kanilai, selon la localisation géographique des patients.

Questionné sur le mode d'emploi utilisé par Yahya Jammeh dans le traitement et la guérison du premier groupe de malades, il a déclaré que des médicaments leur avaient été administrés.

"Cependant, je ne peux, à ce jour, vous dire exactement la nature et la composition des médicaments administrés aux patients par l'ancien Président. Jammeh m'a confié qu'il utilisait plus de sept différents types de médications. Cependant, il m'a révélé un peu plus tard qu'il utilisait différents types de médicaments utilisés dans le traitement contre l'infertilité et autres maladies. Mais il ne m'a jamais spécifiquement dévoilé la nature des médicaments qu'il utilisait."

"Je me rappelle qu'il m'a une fois dit que certaines de ses médications viennent de la Gambie tandis que d'autres proviennent d'Amérique Latine."

A La Une: Gambie

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.