Mali: L'armée malienne à Farabougou, village assiégé par des djihadistes

23 Octobre 2020

L'armée malienne est arrivée jeudi à Farabougou, localité du centre du Mali, assiégée depuis deux semaines, par des hommes armés présentés comme des djihadistes

Le 6 octobre, des hommes armés ont enlevé une vingtaine de personnes lors de la foire hebdomadaire de Farabougou, avant d'en relâcher une dizaine. Ils ont encerclé la localité, en coupant tous les accès.

Quelques jours après, des villageois qui tentaient de rentrer à Farabougou sont tombés dans une embuscade. Au moins six habitants ont été tués entre l'attaque du marché et le guet-apens, selon des témoins et des responsables locaux.

Les médias maliens ont fait état d'une tentative de médiation menée par des personnalités locales. L'armée malienne a largué des vivres sur le village.

Elle a indiqué jeudi, sur les réseaux sociaux, que les premiers éléments des forces spéciales, avaient été acheminés par hélicoptère dans le village.

Indignation grande

La prise en otage de toute la localité indigne de nombreux maliens.

Les Forces patriotiques pour la refondation du Mali (FPR), contestent la responsabilité du gouvernement de transition dans cette crise de Farabougou et accusent l'ancien régime d'Ibrahim Boubacar Keita, ainsi que les forces onusiennes et françaises présentes sur le sol malien depuis 2013.

Pour Aboubacar Sidiki Fomba, membre des FPR, "Farabougou est la conséquence de l'incompétence et de l'incapacité du régime IBK pendant sept ans. Ce n'est pas la faute à la transition, c'est la faute à la mauvaise gestion de la crise sécuritaire au Mali par le régime déchu. Ce que nous demandons aujourd'hui, c'est que la France sorte de son petit jeu pour mettre en application l'accord qu'elle a signé avec le Mali, ou bien on met fin à la coopération militaire qui lie nos deux pays."

Pas seulement Farabougou...

Le blogueur Abdoulaye Guindo, de la plateforme Benberé, connu sous le pseudonyme de Hama Domo sur les réseaux sociaux, estime pour sa part qu'on parle beaucoup du dossier Farabougou mais pas autant des autres localités qui vivent aussi sous la menace terroriste et dont les populations souffrent de la même manière de l'absence de l'Etat.

" Il est triste de voir qu'un village soit assiégé durant plusieurs jours et les populations laissées à elles-mêmes. Mais au-delà de Farabougou, j'interpelle le gouvernement sur la situation de tous les autres villages du centre et du nord qui sont presque assiégés de la même façon depuis plusieurs années. Il y a combien de villages dans le centre du pays qui sont contrôlés par les groupes terroristes ? Des groupes qui chaque matin, viennent s'enquérir du niveau de vie des populations sans que l'administration ne puisse rien faire. Ceux-ci viennent les terroriser ou viennent à la limite leur imposer des taxes et des impôts à payer", s'indigne Abdoulaye Guindo

D'après un communiqué du ministère de la Défense, des éléments du bataillon des forces spéciales sont également arrivés ce jeudi dans la localité de Farabougou. Les discussions se poursuivraient cependant avec les assaillants en vue de trouver une issue pacifique à cette crise.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.