Algérie: Les droits humains doivent être un élément essentiel de la Minurso

Londres — Amnesty International (AI) a affirmé jeudi que le suivi efficace des droits humains doit occuper une place centrale dans le cadre du maintien de la présence de la mission de l'ONU (Minurso) au Sahara occidental occupé par le Maroc depuis 1975.

"Un mécanisme totalement indépendant et impartial" au sein de la Minurso, "doté du mandat et des ressources nécessaires pour effectuer un suivi efficace et constant des atteintes aux droits humains commises au Sahara occidental (...) permettrait de veiller à ce que la mission ne ferme plus les yeux sur les atteintes aux droits humains persistantes", a indiqué dans un communiqué Amna Guellali, directrice régionale adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International.

En février 2020, les autorités d'occupation ont expulsé au moins neuf personnes à leur arrivée à l'aéroport de Laayoune occupée, dont plusieurs députés espagnols et une avocate espagnole, devaient observer le procès du défenseur des droits humains Khatri Dada, rappelle encore la même source.

Les déclarations d'Amnesty International interviennent à quelques jours du vote au Conseil de sécurité de l'ONU, prévu la semaine prochaine, sur le renouvellement du mandat de la MINURSO, qui ne comprenait jusque-là pas de volet consacré aux droits humains.

La MINURSO a été établie en 1991 pour veiller à l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental.

Le Sahara occidental, dernière colonie en Afrique, est occupé depuis 1975 par le Maroc soutenu par la France. En 1966, il a été inscrit sur la liste des territoires non autonomes donc, éligible à l'application de la résolution onusienne 1514 pour l'indépendance des pays et peuples colonisés.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.