Cote d'Ivoire: Le Covid-19 dans le secteur extractif - La réponse de certains gouvernements africains

23 Octobre 2020

Le Centre africain des ressources naturelles (Anrc) de la Banque africaine de développement (Bad) et la Facilité africaine de soutien juridique (Alsf) ont organisé un dialogue sur les réponses des gouvernements et de l'industrie à la pandémie du Covid-19 dans le secteur extractif, en se concentrant sur l'Afrique du Sud, le Ghana, le Nigéria et Kenya.

Selon une publication postée sur le site de la Bad, la session s'est tenue le 21 octobre 2020, et a été animée par le directeur de l'Alsf, Stephen Karingizi. Elle a réuni des décideurs et des parties prenantes pour évaluer l'efficacité et la durabilité de ces mesures dans les pays focaux.

Umar Isa Ajiya, directeur exécutif du groupe à la Nigeria National Petroleum Corporation (Nnpc), a fait savoir que les compagnies pétrolières nationales devraient mettre de côté des fonds de risque pour minimiser les impacts d'événements imprévus. La forte dépendance du Nigéria à l'égard des revenus pétroliers, l'offre excédentaire et la chute spectaculaire de la demande par exemple, ont eu un impact sur son économie, a-t-il déclaré. « Le gouvernement fédéral a dû réduire ses dépenses et rééchelonner la dette, si nécessaire », a déclaré Ajiya.

Dans ses remarques, Ben Aryee, conseiller du ministre ghanéen des terres et des ressources naturelles, a prédit de meilleures perspectives pour le secteur aurifère ghanéen en 2021. «L'or est devenu une valeur refuge et un investissement de choix pour de nombreux investisseurs, alors que les prix de l'or continuent d'augmenter. Cela est dû à l'incertitude économique », a-t-il noté.

Le Ghana prévoit de lancer une offre publique initiale de 400 à 500 millions de dollars à la Bourse de Londres en octobre, dans le but de profiter de la solide performance du métal précieux cette année.

James Ng'ang'a, secrétaire par intérim du Pétrole au ministère de l'Energie et du Pétrole du Kenya, a déclaré que la pandémie de Covid-19 avait entraîné des difficultés dans les négociations contractuelles avec les sociétés pétrolières et d'exploration.

Le directeur général de la Chambre des mines du Ghana, Sulemanu Koney, a appelé les sociétés minières à établir de bonnes relations avec les communautés, sur lesquelles elles peuvent s'appuyer en cas de crise.

Dans sa contribution, Valérie Marcel, chercheuse associée à Chatham House et chef de projet pour le New Producers Group, a souligné la nécessité de systèmes plus résilients à la «nouvelle normalité».

Elle a noté que la pandémie avait créé une tempête pour l'industrie pétrolière mondiale - tout cela à un moment où les efforts de décarbonisation des économies s'accélèrent.

Dans des présentations séparées, Antonio Pedro, directeur, Cea, Afrique centrale, et Claude Kabemba, Directeur exécutif, South Africa Resource Watch, ont exhorté les gouvernements et les acteurs de l'industrie à mettre pleinement en œuvre la Vision minière en Afrique (Amv) pour réduire l'impact de la pandémie sur le secteur.

Plusieurs économies en Afrique sont soutenues par l'industrie extractive, la plupart des budgets nationaux étant tributaires des exportations minières et pétrolières.

Amv est un cadre politique créé par l'Union africaine en 2009 pour garantir que l'Afrique utilise ses ressources minérales de manière stratégique pour un développement inclusif à large assise. Cependant, huit ans après sa création, la mise en œuvre a été lente et il y a un faible niveau de connaissance du cadre parmi les principales parties prenantes du secteur minier.

À propos de l'Anrc et de l'Alsf

Le Centre africain des ressources naturelles (Anrc) est un département hors prêt de la Banque africaine de développement qui a pour mandat d'aider les pays africains à maximiser les résultats de développement à partir des ressources naturelles.

La Facilité africaine de soutien juridique (Alsf) est une institution internationale publique hébergée par le Groupe de la Banque africaine de développement. La Facilité fournit des conseils juridiques et une assistance technique aux pays africains dans la négociation de transactions commerciales complexes, de litiges avec des créanciers et d'autres transactions souveraines connexes.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.