Cameroun: Assemblée générale de la Sonacam - On pose des garde-fous

En prélude à cet événement qui se tient samedi prochain au palais des Congrès de Yaoundé, le Minac a tenu une réunion de mise au point hier.

Une ultime réunion de mise au point avant la tenue ce samedi 24 octobre au palais des Congrès de Yaoundé de l'assemblée générale de la Société nationale camerounaise de l'art musical (Sonacam). En sa qualité de tutelle du sous-secteur Arts et Culture dans lequel évoluent les organismes de gestion collective, le ministre Bidoung Mkpatt, ses collaborateurs et les membres de la Sonacam, travaillent d'arrache-pied depuis trois semaines afin que cette rencontre d'envergure qui réunira pas moins de 1 500 artistes des dix régions du pays puisse se dérouler dans de très bonnes conditions.

Hier, se tenait la deuxième réunion de sécurité préparatoire de cette intense activité à Yaoundé présidée par le Minac en présence de toutes les parties prenantes. L'inspecteur général du Minac, Théophile Roger Eyango, coordonnateur technique au sein du ministère dans le cadre de sa mission de suivi, a reconnu que, « au regard du travail abattu par la Commission de contrôle des organismes de gestion collective, cheville ouvrière de cette activité majeure, et de tout ce que le ministère apporte pour la réussite de cet événement, on peut dire que tout est fin prêt pour que l'assemblée générale de la Sonacam se passe sans encombre. »

Dans les régions, les responsables de la Sonacam sont à pied-œuvre pour toiletter les listes des participants à la prochaine assemblée générale. « Ce travail va permettre d'avoir un échantillon représentatif qui va participer à l'assemblée générale inclusive et apaiser tous les artistes de l'art musical catégorie B afin que ceux-ci puissent avoir dorénavant une Sonacam forte au service de leurs intérêts », a souligné Jacques-Philippe Obama, secrétaire permanent de la Commission de contrôle des organismes de gestion collective.

Pour le ministre Bidoung Mkpatt, l'assemblée générale de samedi est d'une importance incommensurable pour le fonctionnement des organismes de gestion collective (OGC), l'autorité de la Commission de contrôle des OGC et les activités d'assainissement du droit d'auteur au Cameroun, dont le suivi incombe au ministère des Arts et de la Culture. « Cette assemblée générale permettra l'adoption des textes organiques qui infligeront un coup d'arrêt définitif à la défiance permanente au désordre, aux intrigues, bref à tous les comportements rétrogrades qui gangrènent le domaine du droit d'auteur », a martelé le Minac.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.