Madagascar: Sécheresse - Les mines comme solution au kere

Avec le changement climatique qui écourte la saison des pluies, Madagascar doit trouver une solution adaptée, surtout pour le Sud. Ce pourrait être les ressources minières.

C'est irréversible. Le monde entier y compris Madagascar devront désormais vivre avec le changement climatique. Dans certaines régions du globe, il va devoir désormais vivre avec les inondations violentes tandis que dans d'autres, c'est la sécheresse comme c'est le cas dans plusieurs pays de l'hémisphère sud. Sur la Grande île, ce deuxième scénario semble être en train de se passer avec la période de pluie qui devient de plus en plus courte chaque année et des régions de plus en plus sèches.

La dégradation de la situation peut se mesurer avec la baisse continuelle du niveau d'eau dans les lacs et les rivières du pays. La sécheresse qui est à l'origine du kere qui frappe le grand sud du pays est donc loin d'être un problème temporaire. Il va falloir composer avec, chercher une solution adaptée et à long terme.

Très fragile

Quelle ressource à exploiter donc pour cette partie du pays, connue pour l'aridité de son sol? Il y a évidemment le tourisme mais avec trois cent mille visiteurs chaque année, c'est un secteur qui est encore loin de pouvoir nourrir la population. D'autant que cette crise du coronavirus a démontré que c'est un domaine qui est devenu très fragile. Il va donc falloir songer à exploiter le secteur minier, d'autant que cette partie du pays est réputée pour son sous-sol riche.

Évidemment, le contexte international fait qu'il est difficile voire impossible à l'heure actuelle d'espérer l'arrivée de nouveaux investisseurs, notamment des investisseurs crédibles que Madagascar recherche. Voilà pourquoi il faut miser sur ceux qui sont déjà installé au pays, prêts à aller de l'avant malgré ce contexte difficile. Pour le grand sud en particulier, soulignons le projet d'exploitation d'ilménite de Ranobe Toliara du major australien BASE. C'est, le genre de projet qui change le destin de cette région et de sa population avec des emplois massifs et les investissements massifs qu'il va apporter avec les constructions. Rappelons-nous du cas d'Ambatovy qui avait littéralement métamorphosé les régions de Moramanga et de Toamasina. Malheureusement, les politiques ont fait que les activités de cette compagnie sont pour le moment suspendue, remettant en question tout son avenir.

Et pourtant, les quelques investissements sociaux de BASE à Toliara ont déjà permis justement de soulager les problèmes d'accès à l'eau potable dans certaines localités comme la construction de trois installations de 600 millions d'ariary à Ranobe, Tsianisiha et à Tsianafoka, avec plus de 50 000 bénéficiaires. À Ifaty, les habitants ont déjà été formés pour approvisionner les futurs besoins de la compagnie en plusieurs produits agricoles et autres. Il y a certainement une réflexion à faire dans ce domaine.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.