Congo-Brazzaville: Santé publique - La campagne de vaccination de routine lancée à Bouansa

La ministre en charge de la Santé, Jacqueline Lydia Mikolo, a lancé le 23 octobre à Bouansa dans le département de la Bouenza, la semaine de santé de la mère et de l'enfant qui sera ponctuée, entre autres, des vaccinations pour prévénir plusieurs pathologies dont la polyomiélite. L'opération se fera sur toute l'étendue du territoire national jusqu'au 30 du mois en cours.

Il y aura intensification des interventions à haut impact sur la vaccination, le dépistage et la prise en charge des cas de malnutrition, la planification familiale, la consultation prénatale. « Les bénéficiaires sont des enfants de cinq ans, les femmes en âge de procréer et celles qui sont en enceintes », a expliqué la ministre en charge de la Santé avant de lancer l'opération de vaccination. Depuis la survenue de la pandémie de covid-19, en effet, une baisse significative de fréquentation des structures hospitalières est constatée. Une situation qui impacte négativement les acquis de ces dernières années en terme d'amélioration des indicateurs de santé de la mère et de l'enfant, à en croire Jacqueline Lydia Mikolo.

Le responsable de la section suivie et développement de l'enfant du bureau de l'Unicef au Congo, Soliou Badarou, a salué l'initiative qui selon lui permet d'offrir les services essentiels de santé aux populations installées dans les zones difficiles d'accès. Lesquels services essentiels ont été négativement impactés par la covid-10, a-t-il rappelé et de poursuivre: « Une réduction de 10% concernant la vaccination et 30% s'agissant des enfants malnutris ».

Satisfait de ce que les activités de la semaine de santé de la mère et de l'enfant soient lancées dans une localité de l'intérieur du pays avant de s'étendre dans les onze autres départements, le maire de la communauté urbaine de Bouansa, Justin Aimé Mampossi Ngoko, a invité les populations à répondre massivement car tout est gratuit. « Le fait que Bouansa soit le point de départ de cette opération faite de vaccination, de prise en charge de la malnutrition et autres suppose qu'aucune couche sociale n'est mise à l'écart en matière de santé. Les personnes les plus vulnérables sont ainsi épargnées de certaines dépenses », a-t-il indiqué.

Avant de quitter Bouansa, la ministre en charge de la Santé a mis à la disposition du Centre de santé intégré de la localité des équipements médico-techniques, le personnel contractualisé a été installé. A environ vingt kilomètres de là, la même chose a été faite à l'hôpital de référence de Loutété. Le district sanitaire de la localité couvre une population totale de 65069.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.