Afrique: Echanges commerciaux dans le monde - L'Omc table sur une baisse de 9,2 % du volume des marchandises en 2020

24 Octobre 2020

Malgré des signes de redressement post-Covid-19, la reprise de l'activité commerciale mondiale reste incertaine. L'Organisation mondiale du commerce (Omc) annonce une baisse de 9,2 % du volume des échanges internationaux des marchandises pour 2020, puis une hausse de 7,2 % en 2021.

Le commerce mondial montre des signes de reprise par rapport à la forte baisse provoquée par la Covid-19, mais les économistes de l'Omc craignent que le redémarrage ne soit perturbé par les effets persistants de la pandémie. Dans ses dernières prévisions, l'Omc prévoit un repli de 9,2 % du volume du commerce mondial des marchandises pour 2020, puis une hausse de 7,2 % en 2021. Ces estimations sont sujettes à un degré d'incertitude exceptionnellement élevé dans la mesure où elles dépendent de l'évolution de la pandémie et des réponses données par les Gouvernements. D'après les données actuelles, la baisse prévue pour l'année en cours serait moins importante que les 12,9 % attendus au titre du plus optimiste des deux scénarios présentés dans la prévision sur le commerce établie par l'Omc en avril dernier.

L'Organisation indique que les « bons résultats » commerciaux enregistrés en juin et juillet ont redonné un peu d'optimisme quant à la croissance globale du commerce en 2020. En effet, la croissance du commerce des produits liés à la Covid-19 a été particulièrement forte au cours de ces mois. Inversement, la prévision pour l'année prochaine est plus pessimiste que l'estimation précédente indiquant une croissance de 21,3 %.

À ce jour, note l'Omc, les résultats du commerce pour l'année ont dépassé les prévisions en raison d'une poussée en juin et juillet lorsque les mesures de confinement ont été assouplies et que l'activité économique s'est accélérée. Le rythme de l'expansion pourrait ralentir fortement une fois que la demande aura été épuisée et que les stocks des entreprises auront été reconstitués. Toutefois, préviennent les économistes de l'Omc, des résultats « plus négatifs » sont possibles en cas de résurgence de la Covid-19 au quatrième trimestre.

Contrairement au commerce, le Pib a chuté plus que prévu au premier semestre de 2020 ; ce qui a entraîné une baisse des prévisions pour l'année. Selon des estimations consensuelles, le recul du Pib global pondéré par les taux de change du marché en 2020 serait désormais de -4,8 %, contre ‑2,5 % dans le scénario plus optimiste décrit dans les prévisions d'avril de l'Omc. La croissance du Pib devrait atteindre 4,9 % en 2021, mais cela dépend fortement des mesures de politique générale adoptées et de la gravité de la pandémie.

Comme indiqué précédemment dans la mise à jour des prévisions du 22 juin, il est tout à fait possible, selon l'Omc, que la faible reprise du commerce soit insuffisante pour que ce dernier retrouve la tendance antérieure à la pandémie. Cela se traduirait par une croissance du commerce des marchandises d'environ 5 % l'année prochaine, au lieu de 20 % en cas de retour rapide à la trajectoire antérieure. Les prévisions commerciales actuelles de 7,2 % pour 2021 semblent être plus proches du scénario de « faible reprise » que de celui d'un « retour rapide à la tendance ».

Les économistes de l'Omc relèvent, par ailleurs, que les mesures de confinement et les restrictions en matière de voyage ont imposé d'importantes contraintes du côté de l'offre aux économies nationales, réduisant considérablement la production et l'emploi dans des secteurs qui sont généralement résistants aux fluctuations des cycles conjoncturels, en particulier les services non marchands. Dans le même temps, des politiques monétaires et budgétaires vigoureuses ont stimulé les revenus, permettant ainsi à la consommation et aux importations de reprendre dès que les mesures de confinement ont été assouplies.

A La Une: Economie, Affaires et Finance

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.