Ile Maurice: Le ministre des Finances - 50 000 chômeurs au lieu des 100 000 prévus...

Le gouvernement souhaite donner un coup d'accélérateur au Plan de relance de l'économie post-Covid-19. C'est dans cette optique que Rs 6 milliards préconisées dans le Budget 2020-21 seront réallouées à des projets de développement qui seront rapidement mis en place. Cette décision, avalisée par le Conseil des ministres, hier, vendredi 23 octobre, a été annoncée lors d'une conférence de presse du ministre des Finances, Renganaden Padayachy.

Les projets d'infrastructures tels que la construction de drains, de routes, de facilités sportives, la réhabilitation des bâtiments publiques, l'amélioration de la distribution d'eau, la production alimentaire ou encore la protection de l'environnement, figurent parmi les priorités. Cette liste a été établie par les différents ministères en fonction de la capacité de mise en œuvre de chaque projet. «Les projets pour lesquels les Rs 6 milliards avaient été au préalable préconisées ne pourront être réalisés dans les six premiers mois de 2021, d'où la raison pour laquelle nous avons revu les priorités.» Le ministre des Finances souligne qu'une reprise économique sur le plan local dépendra de la capacité du gouvernement à réaliser les projets et aussi de l'évolution de la pandémie du Covid-19 sur le plan global. «Une relance économique est possible s'il y a des investissements. Il y aura la création d'emplois.»

Renganaden Padayachy avait auparavant dressé un tableau morose de la situation économique locale. En se basant sur le dernier rapport du Fonds monétaire international et celui de Moody's, le ministre a expliqué que la situation pour les prochains mois s'annonce «difficile» et qu'il est presque impossible d'avoir une visibilité précise face à une situation constamment en évolution ailleurs. Il a notamment cité l'exemple des pays qui sont des partenaires économiques et qui adoptent de nouvelles mesures de confinement. «Automatiquement, cela aura un impact direct sur notre économie. Nous faisons une évaluation sur le plan quotidien et nous faisons le maximum pour limiter une dégradation.»

Sur un ton plus optimiste, Renganaden Payachy avance toutefois que certains worstcase scenarios ont pu être évités, du moins pour l'instant. «Le nombre de faillites en 2020 n'est pas nettement supérieur à celui de 2019, ce qui démontre que nos activités économiques arrivent à résister. J'avais avancé le chiffre de 100 000 pour le nombre de chômeurs mais nous arrivons à contenir ce chiffre en dessous de 50 000.» Pour le ministre des Finances, une prévision de 2,5 % à 2,8 % pour l'inflation est considérée comme «raisonnable», compte tenu des derniers développements.

Une somme de Rs 3 milliards préconisée pour les dépenses courantes sera finalement utilisée pour un Air Freight Scheme visant à soutenir les exportateurs. Les planteurs de thé affectés par le Covid-19 recevront une allocation exceptionnelle de Rs 8 000 par arpent. Un Credit Guarantee Fund sera créé pour que les compagnies puissent bénéficier plus facilement d'un prêt auprès de la Banque de développement. La Mauritius Revenue Authority enlèvera les pénalités dans certains cas pour soulager les contribuables. Renganaden Padayachy n'a pas manqué de rappeler les mesures prises par le gouvernement depuis le début de la crise et assure que la population et les entreprises «continueront à bénéficier d'un soutien de sa part».

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.