Ile Maurice: Hercule Hippolyte, médaillé de la reconnaissance rodriguaise - Plus de 18 ans à réparer et chouchouter les jeeps Land Rover

Bien qu'il ait 71 ans, Hercule Hippolyte, qui est originaire de Soupir, travaille toujours comme mécanicien dans le garage familial à Camp-du-Roi. Il le fait depuis 2003. Aujourd'hui, ce sont surtout des «masinn zaponé» qu'il retape, en particulier des vans 2x4 de la marque Nissan.

Cet aîné de huit enfants, nés de parents agriculteurs, a été scolarisé à Baie-Lascars jusqu'en standard III. «Mo pa ti kontan lékol», avoue-t-il au téléphone. «Ler mo trouv masinn pasé, mo dir enn zour mo bizin vinn sofer ek mékanisien.»

Ses parents, voyant qu'il n'en démord pas, le retirent de l'école et le placent comme apprenti dans un atelier appartenant à Bhai Fatemamode. Hercule Hippolyte n'a alors que dix ans. Et pendant les dix années qui suivent, c'est le Mauricien Pierre Figaro qui lui enseigne les ficelles du métier.

«Sa lépok-la, nou ti pé aranz Jeep Land Rover ek trakter Ferguson model 135. Aster-la népli éna sa.» Il en profite pour apprendre aussi à conduire. Il perçoit, tenez-vous bien, Rs 1 comme salaire «pou al sinéma dan samdi, ek enn bout savon», se remémore-t-il en rigolant.

Les apprentis d'autrefois n'étaient pas rétribués comme ils le sont aujourd'hui. «Zordi-zour bizin pey apranti. Dan mo lépok, mo ti pé aprann kado. Paran ti aksepté ki mo pé aprann koumsa ek mo pankor koné.»

Au bout de dix ans, Hercule Hippolyte démissionne pour prendre de l'emploi comme mécanicien dans un autre garage à Baie-aux-Huîtres. Là, il répare surtout des jeeps de la marque Land Rover. «Samem ki ti bis lontan.» Il gagne alors un salaire mensuel de Rs 30. «Sa lépok-la, tou kitsoz ti bonmarsé. Avek Rs 5, ou ti gagn enn ta manzé. Mo pa ti ankor maryé. Zordi, ou pa gagn nanié ar sa kas-la.»

Après dix années de bons et loyaux services, Hercule Hippolyte décide de prendre de l'emploi comme chauffeur d'autobus individuel. Métier qu'il exerce pendant 40 ans. «Ti éna enn ler pou rantré mé pa koné ki ler pou sorti» car lorsque les autobus tombaient en panne, c'était lui qui devait effectuer les réparations.

Mais cela ne l'a pas empêché, après ses heures de travail, d'aller réparer les jeeps Land Rover chez les particuliers qui l'appelaient. «Boukou partikilié ti pé soné pou mo aranz zot bann Land Rover. Donk, mo ti pé fer mékanik aswar ler mo fini travay.»

Le plus gros casse-tête qu'il lui ait été donné de vivre était justement sur une jeep Land Rover. «Kan fini réfer moter, ler mo met li an mars, dilo sorti dan lésapman. Sa fatig latet. Latet manzé, pa pé gagn bon rézilta. Dépi sa ki mo finn komans fimé.»

Il a résolu le problème mécanique en question au bout de deux jours. «Moter-la ti mal kalé. Mo dir ou mo ti pé gagn sévé blan dan latet ar sa. Érezman mo'nn rési trouv so solision.»

Malgré qu'il ait dépassé l'âge de la retraite, cet homme marié à Ancilla, veuf depuis 20 ans et père de six enfants dont un est décédé, n'a pas réussi à convaincre aucun d'eux à marcher dans ses traces. «Zot pa finn intérésé. Zot délika. Sé enn travay tro salisan. Si ou trouv mwa, ou gagn per, ou pou galoupé. Tifi pa pou koz ar zot sitan zot malang ek zot per sa.»

Il se dit très heureux de s'être vu attribuer la médaille de la reconnaissance rodriguaise. «Pou mwa, li enn gran lazwa. Mo pa ti pé atann, pa ti pé espéré ki enn zour mo ti pou ariv lwin.»

Mais ce septuagénaire se dit triste de son âge. «Mo bien sagrin mo'nn gagn 71 banané. Mo pa sagrin sa pou fer galan. Mo sagrin parski lontan mo ti pé travay kado. Zordi sa travay-la éna valer, zordi gagn kas ar sa métié-la.»

Hercule Hippolyte ne se voit pas s'arrêter de sitôt. Il n'a qu'une envie : transmettre son savoir-faire. «Séki anvi aprann mékanik lor Land Rover ou lor ninport ki masinn li anvi, donn mo niméro téléfonn ek pa ézité kontakté mwa.» Message transmis.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.