Ile Maurice: St.-Paul et Mesnil - 37 chiens morts - Chasse à l'homme pour retrouver le tueur

Qui a pu commettre un acte d'une telle cruauté ? Pourquoi ? Des questions qui se bousculent dans la tête des propriétaires qui ont perdu leurs toutous et leurs chats. En tout, 37 chiens et une dizaine de chats morts ont été découverts dans les régions de St.-Paul et Mesnil, il y a plus d'une semaine.

Ils ont été empoisonnés, selon le premier rapport de nécropsie. Depuis, et face à l'indignation suscitée, les autorités mettent tout en œuvre pour retrouver les bourreaux.

Le cauchemar a débuté le jeudi 15 octobre. Avinash Jatoonah, 31 ans, se réveille en sursaut en apprenant qu'un de ses chiens, Milou, est mort devant sa porte. «J'ai su qu'il y avait quelque chose qui n'était pas normal, je suis donc allé à l'arrière pour voir si mon autre chien, Loulou, se portait bien. Mais il était à l'agonie. Il vomissait et avait l'air de souffrir énormément. Nous avons essayé de le calmer et je suis rentré pour appeler un vétérinaire, je n'ai même pas eu le temps de faire le numéro qu'il était mort devant nous... »

Dans la journée, vers 13 h 30, Avinash confie que le chien de son voisin a aussi commencé à agoniser de la même manière avant de mourir dix minutes plus tard. «Il a réagi de la même manière que Loulou. Il courait dans tous les sens, vomissait de la peau de poulet en grande quantité... » Si au début, Avinash pensait qu'il s'agissait d'une maladie, lorsque trois autres chiens décèdent dans les alentours de la même manière, et que ses cousins l'informent qu'il se passe la même chose à Mesnil, le jeune homme finit par comprendre qu'il s'agit d'un empoisonnement en série.

Il décide de contacter le président de l'association Second Chance Animals Rescue, Sameer Golam. «Nous sommes allés sur place pour dresser un constat de la situation et c'est là que nous avons découvert qu'il y avait encore des chiens et des chats morts et d'autres qui agonisaient dans les mêmes circonstances, tout en régurgitant du poulet», explique ce dernier.

Au total, à hier, l'on comptabilisait 37 toutous morts, dont quelques chiens errants, alors que d'autres avaient leur niche, dans une cour clôturée... «Nous avons récupéré des morceaux de poulet qui semblent avoir été balancés par-dessus la clôture chez certaines personnes. Nous avons aussi récupéré des sacs contenant des peaux de poulet sur des terrains en friche.»

Du côté de l'association, des propriétaires et de la police, l'enquête se poursuit pour connaître l'auteur de ces crimes. «Nous n'abandonnerons pas tant que nous n'aurons pas retrouvé ces barbares», lâchent des maîtres, anéantis par la mort de leurs animaux.

Que risquent le ou les personnes responsables ? Une amende allant jusqu'à Rs 15 000 et une peine de prison ne dépassant pas six mois.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.