Maroc: Oriental - Lourdement impacté par la Covid-19, le secteur de l'artisanat en quête d'un nouveau souffle

Oujda — Décidément, la pandémie du nouveau coronavirus a frappé de plein fouet le secteur de l'artisanat dans l'Oriental et la sortie de crise paraît trop lente, avec la hausse importante du nombre de contaminations dans la région et les mesures restrictives visant à interrompre la chaîne de propagation du virus.

Réconfortés par les réalisations accomplies durant cette dernière décennie au profit du secteur, nombre d'artisans se montrent optimistes et évoquent un retour à la normale progressif après des mois très difficiles, tandis que d'autres, affaiblis par la crise, se demandent quand ils verront le bout du tunnel, surtout que la pandémie continue de sévir dans la région.

«Les artisans étaient sur une courbe ascendante en termes de commercialisation, de formation, d'accompagnement, de perfectionnement et d'élargissement de leurs activités, mais la pandémie nous a plongés dans de grandes difficultés à caractère socio-économique». C'est ainsi que résume la situation Talya Ismaili, présidente de la coopérative Al Ilaf des métiers d'artisanat (couture traditionnelle et broderie).

La coopérative, créée en 2015 par un groupe de femmes issues de milieux défavorisés dans l'objectif d'améliorer leurs conditions de vie, a pris son envol au fil des années, notamment grâce à la participation aux salons et foires, qui étaient un espace de prédilection tant pour l'écoulement des produits et articles d'artisanat que pour attirer de nouveaux clients, a-t-elle fait savoir dans une déclaration à la MAP.

«Il faut reconnaître que tout allait bien et nos ambitions étaient aussi grandes, jusqu'à l'apparition de la Covid-19», a confié Mme Ismaili avec amertume, notant qu'avec le confinement et l'état d'urgence sanitaire les activités de la coopérative ont été presque paralysées, à tel point qu'elle a été contrainte de céder son local spacieux, pour incapacité de paiement du loyer, pour s'installer dans un autre plus petit.

Même si la coopérative commence à reprendre petit à petit ses activités, cette ex-enseignante de la couture traditionnelle et moderne estime que dans le contexte actuel les coopératives, qui assurent une source de revenu pour de nombreuses familles nécessiteuses, ont besoin plus que jamais d'un soutien accru et de formations accélérées en matière de vente en ligne, adaptées aux besoins des artisans et des artisanes afin qu'ils puissent exploiter le potentiel offert par les plateformes de commercialisation digitale.

«Je reste optimiste malgré le contexte, et j'ai la ferme conviction que le secteur de l'artisanat, qui regorge de potentialités et qui jouit de la Haute sollicitude royale, peut jouer un rôle de levier essentiel de développement socio-économique», a conclu la présidente de la coopérative Al Ilaf qui a reçu le Label national de l'artisanat et bien d'autres distinctions.

De son côté, Ahmed Massoudi, un mono-artisan qui travaille depuis 1970 dans le domaine de la maroquinerie, a estimé que la crise de Covid-19 a accentué davantage les souffrances des maroquiniers de l'Oriental, mettant l'accent sur l'impératif d'entourer cette filière d'artisanat de davantage d'intérêt pour qu'elle retrouve son aura d'antan, et d'aider les artisans par différents moyens (crédits, logement social, couverture sociale, ... ) pour pouvoir aller de l'avant et conserver ce précieux héritage de l'artisanat dans la région.

De l'avis de M. Massoudi, qui est membre de la Chambre régionale d'Artisanat depuis 1990, les maroquiniers de la région ne manquent pas de savoir-faire et d'habileté, mais ils sont incapables de faire face et d'affronter la concurrence étrangère déloyale, sans parler de l'effet Covid-19.

Approché par la MAP, le Directeur régional de l'Artisanat et de l'Economie sociale, Khalid Dlimi a rappelé que l'Oriental a connu ces dernières années une évolution notable à plusieurs niveaux à la faveur d'un ensemble d'infrastructures et d'actions ciblées visant à conforter les performances de ce secteur qui emploie plus de 130.000 personnes.

Ces réalisations et les multiples initiatives menées ou programmées ont pour finalité d'encourager la créativité et l'innovation chez les artisans en mettant à leur disposition les moyens nécessaires pour améliorer leurs conditions de travail et de vie, de promouvoir la formation et la formation continue, et d'asseoir les bases solides d'une véritable économie sociale et solidaire.

Et de préciser que l'Oriental, qui compte quelque 334 coopératives regroupant 2.599 membres, a connu un saut qualitatif en termes d'infrastructures, dans les villes et en milieu rural, dédiées à l'artisanat et aux artisans, et ce à travers la réalisation de plusieurs structures et espaces modernes dans l'ensemble du territoire de la région, dont des complexes intégrés, des villages d'artisans et des maisons d'artisans, en plus de centres de formation.

Evoquant les profondes répercussions de la Covid-19 sur le secteur, M. Dlimi a mis en avant notamment la nouvelle stratégie 2021-2030 pour la promotion de l'artisanat et les efforts consentis aux niveaux national et régional pour aider les artisans à commercialiser leurs produits à travers des plateformes numériques et à se familiariser avec ce moyen de commercialisation si important en cette période.

Le président de la Chambre régionale d'Artisanat, Driss Boujouala, a indiqué, quant à lui, que le secteur de l'artisanat est fortement impacté par la pandémie du nouveau coronavirus qui perdure encore, et les artisans, n'ayant pas pu profiter de la grande dynamique que connait le secteur pendant la période d'été, ont subi un coup dur.

«Les artisans sont les grands perdants de la crise de la Covid-19», a-t-il avancé, estimant qu'il est temps de donner au secteur de l'artisanat et aux artisans qui souffrent en silence, la place qui leur échoit, et d'accorder plus d'intérêt aux coopératives eu égard à leur rôle important dans le développement économique et social.

M. Boujouala a également plaidé en faveur d'un renforcement du rôle des Chambres d'Artisanat et de leurs attributions, et ce dans le cadre de la régionalisation avancée.

Il est certain que cette situation requiert des actions réfléchies et concertées pour assister et encourager les artisans de la région et donner un souffle nouveau à ce secteur, qui a connu un fort développement ces dernières années à plusieurs niveaux.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.