Maroc: Le coronavirus se propage comme une trainée de poudre

La prorogation du Covid débouche sur un renforcement des mesures restrictives à Casa-Settat

Le télétravail est fortement conseillé pour les secteurs public et privé

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles? C'est niet pour le gouvernement marocain. L'adage n'émeut pas l'Exécutif et encore moins la dégradation de la situation sanitaire dans le pays. Pourtant, pour le second jour d'affilée, la barre des 4000 nouveaux cas Covid+ (4045) a été franchie samedi comme annoncé par le ministère de la Santé en début de soirée. Mais le plus inquiétant réside à la fois dans les 699 patients en réanimation, dont 42 sous intubation invasive (30,4% de la capacité de réanimation), un record qui fait peur. Mais aussi dans une courbe de décès en constante augmentation (3.255 décès cumulés). A cela s'ajoute la dissémination express du Sars-Cov2 dans la région de Casablanca Settat.

Dans le centre névralgique du pays, le virus se propage comme une trainée de poudre. Mais en réponse, les autorités sanitaires du pays opposent les mêmes recettes, quand bien même celles-ci ont prouvé leur inefficacité. En effet, aussi surprenant que cela puisse paraître, les mesures de restriction en vigueur dans la préfecture de Casablanca ont été prolongées de 14 jours supplémentaires. En fin à quelque chose près.

Puisqu'à partir d'hier soir, et pour les quatre prochaines semaines, dans le Grand Casablanca, Berrechid et Benslimane, il sera interdit de se déplacer de 21h00 à 6h00 du matin, sauf pour des raisons médicales ou professionnelles. Pour les déplacements entre les préfectures et provinces précitées, il faudra se munir d'une autorisation exceptionnelle délivrée par les autorités locales compétentes.

En plus de la fermeture des terrains de proximité et des jardins et celle des cafés, restaurants, commerces et centres commerciaux à 20h00. Sans oublier l'arrêt du transport par bus et tramway à 21h00 et la fermeture des marchés de proximité à 15h00.

Bref, rien de nouveau sous le soleil du Grand Casablanca, excepté le début du couvre-feu qui passe donc de 22h00 à 21h00. D'ailleurs, on ne voit pas bien à quoi cela pourrait bien servir.

Certes, c'est une belle occasion de passer plus de temps en famille et de diminuer le taux de criminalité nocturne, mais il est difficile de cerner l'intérêt de ces mesures dans le cadre d'une épidémie qui risque de s'accélérer dans les mois à venir. A la différence de la recommandation émanant de la préfecture de Casablanca.

Après avoir appelé les fonctionnaires des administrations et les employés des établissements publics de la région de Casablanca-Settat à basculer en télétravail sauf pour les cas où cela s'avère impossible, le wali de Casablanca, Said Ahmidouch, a cette fois-ci dirigé son appel au secteur privé.

Suite à une concertation avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), le wali de Casablanca-Settat exhorte les entreprises du secteur privé à passer en mode télétravail et surtout à fournir à leurs salariés les moyens de le faire. En somme, on a l'impression que les décideurs tournent un peu autour du pot. Ils espèrent clairement reconfiner un maximum de personnes sans pour autant l'imposer. Ils font donc appel à la responsabilité civique de chacun, ignorant de fait que c'est exactement à cause du manque de responsabilité civique que nous en sommes là.

On ne le répétera jamais assez, l'application des mesures sanitaires et gestes barrières laisse vraiment à désirer. D'autant que les autorités n'y veillent pas vraiment. On est plutôt dans un entre-deux aussi désolant qu'incompréhensible. Décidément, la découverte d'un vaccin est attendue fébrilement tel un super héros qui viendrait nous sauver des méchantes griffes d'un virus qui ne cesse de chambouler et d'ébranler nos certitudes comme celles des scientifiques.

Pour preuve, le débat sur l'hydrochloroquine. Un coup, c'est le remède miracle. Un autre, elle fait plus de mal que de bien. Pis, les porte-parole de ces contradictions ne sont autres que des scientifiques. Ils ont clairement la preuve que ces derniers ne savent pas tout et qu'il existe des sciences molles. Une réalité que l'on a vraiment du mal à avaler tout comme les récentes décisions prises par le gouvernement.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.