Maroc: La hausse des prix des légumes et fruits ralentit en septembre

L'IPC s'est accru pour le deuxième mois consécutif

L'indice des prix à la consommation (IPC) s'est inscrit en hausse pour le deuxième mois consécutif. Selon les données publiées par le Haut-commissariat au plan (HCP), il a connu, au cours du mois de septembre 2020, une légère hausse de 0,3% par rapport au mois précédent. Il s'était orienté en hausse de 1,4% en août dernier.

Soulignons que la hausse de l'IPC enregistrée au cours des deux derniers mois intervient après une série de baisses observées durant les mois de juillet (0,3%), juin (0,3%), mai (0,2%) et avril (0,1%). La variation de cet indice au neuvième mois de l'année actuelle est le résultat de la hausse de 0,5% de l'indice des produits alimentaires et de 0,3% de l'indice des produits non alimentaires, a récemment expliqué l'institution publique.

En août, la variation de l'IPC avait été justifiée par la hausse de l'indice des produits alimentaires (3,4%) et de l'indice des produits non alimentaires (0,1%).

Comme l'a relevé le HCP dans une note d'information relative à l'indice des prix à la consommation du mois de septembre dernier, les hausses des produits alimentaires observées entre août et septembre 2020 concernent principalement les «légumes» (3,7%), les «fruits» (2,1%), le «lait, fromage et œufs » (0,8%), les «viandes» et le «café, thé et cacao» (0,1%). Selon la même source, les prix ont en revanche diminué pour les «poissons et fruits de mer» (4,7%) et pour les «huiles et graisses» (0,2%).

En ce qui concerne les produits non alimentaires, les économistes du Haut-commissariat ont indiqué que la baisse a concerné principalement les prix des «carburants» (1,0%).

A titre de comparaison, les hausses des produits alimentaires observées entre juillet et août 2020 avaient concerné principalement les «fruits» (14,6%), les «légumes» (10,9%), les «poissons et fruits de mer» (6,1%), les «viandes» (1,6%) et le «café, thé et cacao» (0,4%).

Dans une précédente note, le Haut-commissariat avait en revanche relevé une diminution des prix pour les «eaux minérales, boissons rafraîchissantes, jus de fruits et de légumes» (0,6%) et pour le «lait, fromage et œufs» (0,2%).

A cette même période, les statistiques avaient indiqué une hausse au niveau de certains produits non alimentaires. Il s'agissait principalement des prix des «carburants» (0,4%). Il est à noter qu'au cours du mois dernier (septembre), les hausses les plus importantes de l'IPC ont été enregistrées à Safi et Settat (1,4%), à Kénitra, Guelmim et Béni-Mellal (0,9%), à Fès et Marrakech (0,6%), à Meknès et Errachidia (0,5%) et à Agadir (0,4%).

En revanche, des baisses ont été enregistrées à Al-Hoceima avec 0,7% et à Tétouan avec 0,5%. En août, les hausses les plus importantes de l'IPC avaient été enregistrées à Béni-Mellal (2,8%), à Tétouan et Laâyoune (2,2%), à Errachidia (2,0%), à Kénitra et AlHoceima (1,7%), à Agadir, Marrakech, Oujda et Settat (1,5%), à Meknès (1,4%) et à Fès, Tanger et Safi (1,3%).

Comparé au mois de septembre de l'année précédente, il ressort des données statistiques que l'indice des prix à la consommation a enregistré une hausse de 1,4% au cours du même mois de cette année, en raison de la hausse de l'indice des produits alimentaires de 2,9% et de celui des produits non alimentaires de 0,5%, a souligné le HCP.

S'agissant des produits non alimentaires, le Haut-commissariat indique que les variations vont d'une baisse de 1,1% dans les «loisirs et culture» à une hausse de 1,5% dans l'«enseignement». L'institution en déduit que « l'indicateur d'inflation sous-jacente, qui exclut les produits à prix volatiles et les produits à tarifs publics, aurait connu au cours du mois de septembre 2020 une baisse de 0,1% par rapport au mois d'août 2020 et une hausse de 0,2% par rapport au mois de septembre2019 ».

Dans sa note précédente, le HCP indiquait que l'indicateur d'inflation sous-jacente avait connu au cours du mois d'août 2020 une augmentation de 0,2% par rapport au mois de juillet 2020 et de 0,6% par rapport au mois d'août 2019.

Il est important de relever que l'IPC n'a connu que des hausses depuis le début de l'année en cours. La première avait été observée au cours du mois de mars dernier. L'indice avait connu une augmentation de 0,4% suite à une hausse de 1,3% de l'indice des produits alimentaires et de la baisse de 0,2% de l'indice des produits non alimentaires.

Dans une note publiée à cette date, les économistes du HCP indiquaient que les hausses des produits alimentaires observées entre février et mars 2020 avaient concerné principalement les «légumes» (6,3%), les «poissons et fruits de mer» (1,9%), les «fruits» (1,7%), les «huiles et graisses» et le «lait, fromage et œufs» (0,4%), les «viandes» (0,3%) et les «boissons non alcoolisées» (0,2%).

Concernant les produits non alimentaires, la baisse avait concerné principalement les prix des «carburants» (6,8%). Quant aux hausses les plus importantes de l'IPC, elles avaient été enregistrées à Settat (0,9%), à AlHoceima (0,8%), à Meknès et Tétouan (0,7%), à Oujda (0,6%), à Marrakech (0,5%) et à Fès, Rabat, Guelmim, et Béni-Mellal (0,4%). En revanche, le Haut-commissariat avait noté une baisse au niveau de Dakhla (0,2%).

Alain Bouithy

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.