Maroc: Driss Lachguar loue les chantiers sociaux révolutionnaires initiés par S.M le Roi

Le Premier secrétaire de l'USFP préside une réunion avec les membres du Conseil national de l'USFP dans la région de Casablanca-Settat

A l'instar des rencontres avec les membres du Conseil de l'USFP dans les autres régions, le Premier secrétaire de l'USFP a présidé mercredi dernier (21 octobre) une réunion à distance avec les membres du Conseil national du parti dans la région de Casablanca-Settat. Dans son allocution en l'occasion, il a souligné que toutes les mesures qui contribuent au renforcement des institutions de l'Etat doivent être soutenues pour faire face à la gravité de la situation à tous les niveaux, sanitaire, économique et social.

Le dirigeant ittihadi a également affirmé que notre pays traverse une phase difficile en raison de la pandémie de la Covid-19, soulignant que l'USFP a, dès le début de la crise sanitaire, mis en garde contre ses répercussions fâcheuses et l'a traitée de manière responsable contrairement à d'autres partis qui en ont sous-estimé la gravité . Selon lui, la rencontre avec les membres du Conseil national du parti dans la région de Casablanca-Settat s'inscrit dans un contexte national marqué par le discours prononcé par S.M le Roi Mohammed VI à l'occasion de la rentrée politique, parlementaire et sociale. Lequel discours a dressé un diagnostic de la situation et en a établi les perspectives. Driss Lachguar a également passé en revue les conséquences financières, économiques et sociales de la pandémie et les chantiers annoncés par le Souverain, notamment celui de la couverture sociale au profit de 22millions de citoyens marocains.

Dans ce sens, le dirigeant socialiste a considéré qu'il s'agit d'une décision sociale révolutionnaire que l'USFP n'a cessé de réclamer depuis des années et qui sera de nature à permettre de mettre fin à toutes les formes de charité que certains partis exploitent à des fins électoralistes. Le Premier secrétaire a aussi évoqué le déficit financier et la baisse du taux de croissance. En effet, ce dernier était prévu à 4 % dansla loi de Finances 2020,mais en raison de la pandémie, ce taux n'a pas été atteint et, pis encore, on a plutôt enregistré un taux de -6 %. Et selon les prévisions du PLF 2021, une baisse des recettes de l'ordre de plus de 27 milliards de dirhams et une augmentation des dépenses de 30 milliards de dirhams sont prévues, ce qui se traduit par un déficit financier estimé à 60 milliards de dirhams. Aussi le PLF 2021 comprend-il une contribution de solidarité pour couvrir ce déficit.

Selon lui, cette contribution devrait être progressive, soulignant que celle-ci est considérée comme une nouvelle forme de la proposition de l'USFP visant l'instauration d'un impôt sur la fortune. Par ailleurs, le dirigeant socialiste a évoqué d'autres mesures adoptées par l'Etat pour faire face à la crise financière, dont la privatisation de certains de ses biens, des investissements publics pour combler un déficit d'environ 60milliards de dirhams induit par la baisse des revenus, d'une part, et l'augmentation des dépenses publiques, d'autre part.

Et malgré cette crise, a poursuivi le Premier secrétaire, notre pays continue, contrairement à d'autres, de jouir de la confiance du marché financier international, ce qui lui a permis d'obtenir des prêts avec des taux d'intérêt très encourageants sur une période pouvant atteindre 12 ans. Driss Lachguar a, par ailleurs, affirmé que l'USFP a besoin aujourd'hui de groupes de recherche dans tous les domaines, mettant en avant le fait que le pays va connaître un changement qualitatif dans la gestion et l'administration, et que toutes les revendications pour lesquelles l'USFP avait plaidé telles que le principe de lier la responsabilité à la reddition des comptes, le travail sérieux, la solidarité et la justice, se sont avérées d'une nécessité impérieuse. Driss Lachguar salue la manière dont le ministère de l'Intérieur a mené les consultations concernant les prochaines échéances électorales

Le Premier secrétaire de l'USFP a également présenté devant les membres du Conseil national du parti de la région Casablanca-Settat un rapport sur les consultations relatives aux prochaines échéances et les lois électorales, affirmant que le débat avait porté notamment sur la nécessité de renforcer la participation aux élections, de changer le quotient électoral pour garantir plus d'équité entre les partis, de déplacer le jour du vote du vendredi à un autre jour au milieu de la semaine, etc. Dans ce cadre, il a salué la manière dont le ministère de l'Intérieur amené ces consultations.

Par la suite, le dirigeant ittihadi a passé en revue la situation organisationnelle du parti dans la région, notamment à Casablanca, soulignant l'importance d'une bonne préparation pour les prochaines échéances. Ce qui passe, selon lui, par une évaluation de l'étape précédente pour assurer le retour en force de l'USFP, non seulement dans les communes rurales, mais aussi en villes. Pour ce faire, il a appelé à la formation de commissions électorales provinciale et régionale qui travailleront de concert avec les instances du parti. Lesquelles commissions devraient être composées de comptables et de personnes chargées de communication, ainsi que d'avocats et d'autres compétences.

Tous les intervenants, qui ont pris la parole durant cette réunion, ont salué la feuille de route organisationnelle et politique annoncée par le Premier secrétaire de l'USFP. Ils ont également souligné l'engagement de tous les militants de la région en faveur de la reconstruction organisationnelle, pour la préparation responsable des prochaines échéances électorales et pour l'adhésion à tous les projets de développement du pays, notamment dans ce contexte exceptionnel marqué par une crise sanitaire inédite.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.