Algérie: L'amendement de la Constitution vient en réponse aux revendications du hirak

Ain Defla — Le projet d'amendement de la Constitution soumis au référendum le 1er novembre vient en réponse aux revendications du hirak ayant appelé à un "changement profond" dans le mode de gestion des affaires du pays, a affirmé dimanche à Aïn Defla le commandant général des Scouts musulmans algériens (SMA), Abdelkader Hamzaoui.

"Le changement profond dans le mode de gestion des affaires du pays auquel a appelé le hirak est susceptible d'être réalisé grâce à l'amendement de la Constitution, laquelle en constitue la première étape", a précisé M. Hamzaoui au cours du symposium régional de la société civile et de la jeunesse autour de la Constitution organisé à la salle Emir Abdelkader de Aïn Defla sous le slogan "pour une participation active".

Enumérant nombre d'aspects positifs de l'avant-projet de Constitution, il a soutenu que cette dernière permet une plus grande participation de la société civile à l'élaboration des affaires publiques, notant, toutefois, que cet état de fait était tributaire d'une plus grande contribution du mouvement associatif dans le travail visant l'essor de la société dans son ensemble.

"En vérité, ce qui est demandé aux associations, c'est d'apporter un plus à la société et de contribuer pleinement à son essor", a-t-il observé, se félicitant au passage du rôle joué par le mouvement associatif à l'apogée de la pandémie du nouveau coronavirus.

Le commandant des SMA a, par ailleurs, fustigé ceux qui "soutiennent mordicus que l'unité de la nation sera fortement ébranlée si l'avant-projet de la Constitution venait à être ratifié par le peuple le premier novembre prochain".

Tout en appelant à une participation massive des citoyens le premier novembre prochain à l'occasion du référendum sur le projet d'amendement de la Constitution, M. Hamzaoui s'est dit convaincu de voir les Algériens donner une leçon au monde entier comme quoi ils sont toujours au rendez-vous lorsqu'il s'agit de questions revêtant un intérêt national.

Pour lui, "il est on ne peut plus légitime qu'il y ait des divergences dans les points de vue des uns et des autres, à condition que cela ne porte pas préjudice à l'intérêt supérieur de la nation", a-t-il souligné, mettant en exergue l'importance du rétablissement de la confiance entre les gouvernants et les gouvernés.

Nombre de communications portant sur le rôle de l'amendement de la Constitution ont été présentées par des enseignants universitaires versés dans le droit de l'université Djillali Bounaâma de Khémis Milina (Aïn Defla) lors de cette rencontre.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.