Ile Maurice: La tante du suspect de 14 ans - «Son papa n'approuvait pas ses fréquentations»

Lundi dernier, il a poignardé son père de 62 ans alors que ce dernier était endormi. L'agresseur, qui n'a que 14 ans, est toujours recherché par la police. Selon sa famille, son père faisait tout pour le remettre sur le droit chemin. Ce qui a sans doute déclenché la colère de l'adolescent.

À morcellement La Vallée, Ste-Croix, ils sont nombreux à s'interroger sur cette agression. L'agresseur n'a que 14 ans et la victime est son père, un retraité de 62 ans. À leur domicile vendredi matin, lieu où le drame s'est joué, le temps semble s'être arrêté.

Selon la sœur de la victime, une habitante de Moka, venue sur place, les membres de sa famille ont dû faire face à un autre incident dans la matinée d'hier. «Mon frère vivait séparé de sa femme depuis quelques années. Ce matin, alors que mes deux autres frères et moi sommes venus chez lui pour prendre quelques effets personnels et nous rendre à l'hôpital à son chevet, nous avons découvert mon neveu, son fils, qui dormait dans une des chambres, en compagnie d'une femme. Li finn kass tou kadna, li pe reste la depi pa koné combien zour, alor ki la polis pe rod li», confie la sœur de la victime. Si le suspect a réussi à s'enfuir, la jeune femme, qui se trouvait en sa compagnie, a eu moins de chance. Les proches de la victime l'ont emmenée au poste de police d'Abercrombie pour expliquer sa présence dans la maison de la victime et l'inciter à livrer des informations sur l'adolescent de 14 ans, qui est toujours recherché par la police.

Selon la sœur du sexagénaire, son frère était un homme sans histoire. Elle et lui étaient rentrés de Rodrigues quelques jours avant l'agression. Rien ne laissait présager qu'il y avait un problème entre son fils et lui. La victime n'avait d'ailleurs jamais évoqué un quelconque désaccord entre eux. «Nous devions revenir au pays ensemble, mais il y avait un vol deux jours plus tôt et nous l'avons pris pour rentrer... »

L'ado recherché

Père de trois enfants, soit deux fils et une fille, depuis sa séparation, le sexagénaire faisait tout pour avoir leur garde. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu. Sa fille, soutienton, a coupé tout contact avec lui et ce, depuis plusieurs mois. Il a, toutefois, pu convaincre son fils de 14 ans, son benjamin, à venir habiter chez lui.

Selon la sœur, le retraité a remarqué que son fils commençait à fréquenter des personnes peu recommandables. Il a tenté de faire comprendre à l'adolescent qu'il n'approuvait pas ses fréquentations, d'autant plus que son fils n'était plus scolarisé. «Son père essayait de le remettre sur le droit chemin. Ce qui a sans doute mené à cette agression inacceptable.»

Pour l'heure, dans l'entourage du sexagénaire, on ignore ce qui a réellement provoqué cette agression. Même la victime dit ne pas comprendre cet acte violent. «Mo frer ti pe dormi kan inn ariv sa. Zis mo nevé mem ki pou kapav expliké», avance la sœur de la victime.

Elle ajoute que son frère se remet lentement. «Même s'il arrive aujourd'hui à parler, à dire quelques mots, il reste fragile. Endan nou pa koné ki kapav ena... » Selon les médecins, il se pourrait bien qu'il subisse une intervention chirurgicale prochainement.

Rencontré, il y a quelques jours sur son lit d'hôpital, l'habitant de Ste-Croix, qui exerçait autrefois comme maçon, a affirmé ne pas comprendre le geste de son fils, car ce dernier n'a pas une nature violente. II a affirmé que seul l'adolescent pourrait expliquer son geste.

Du côté des voisins, tous s'accordent à dire que c'est une famille sans histoire. «Papa la nou kone li, li enn dimune korek, trankil... Le fils aussi. Il ne parlait pas trop. Li ti pe fer so bann zafer, nou pa ti atan li pou fer enn kitsoz kumsa.»

Nous avons tenté de joindre la mère du suspect et ex-femme de la victime, mais elle n'était pas à son domicile. La police est toujours à la recherche de l'adolescent.

A La Une: Ile Maurice

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.