Maroc: Congrès de la SMMU - Des experts en médecine d'urgence échangent les expériences autour de la Covid-19

Rabat — Des spécialistes marocains et étrangers en médecine d'urgence ont débattu, samedi à Rabat, de leurs propres expériences en temps de coronavirus, mais surtout de la situation des services d'urgence et de réanimation.

A la deuxième journée du 4ème congrès international de la Société marocaine de médecine d'urgence (SMMU), organisé en semi-présentiel à Rabat, des experts urgentistes et en réanimation ont abordé diverses thématiques en lien avec l'état des services d'urgence dans un contexte marqué par la pandémie mondiale de Covid-19.

C'est ainsi que le professeur Taoufik Abou El Hassan spécialisé en anesthésie et réanimation, a souligné que dans un premier temps (jusqu'au 15 mars), la priorité était de détecter, tester, prévenir, former et informer, puis à partir du 16 juin à ce jour, l'objectif consiste à détecter, tracer, tester et cerner la propagation du virus. Il s'agit aussi, selon lui, de préparer la reprise des activités notamment économiques et de l'enseignement ainsi que de renforcer la capacité d'accueil surtout des cas graves.

"En 2-ème période, l'ambition était de commencer la prise en charge des malades non atteints de Covid-19, de préparer la reprise des activités économiques sociales et de l'enseignement ainsi que de renforcer davantage la capacité d'accueil des cas aigus", a-t-il ajouté dans un exposé à distance sous le thème "Covid 19: cas de Marrakech-Safi".

Dr Abou El Hassan a assuré que le combat contre la pandémie de Covid-19 "ne pourrait se faire que collectivement, mais le comportement de chacun est primordial, car chacun est tributaire des autres".

Le professeur en anesthésie et réanimation, Brahim Housni, a de son côté relevé que le personnel médical exerçant au sein des services d'anesthésie et réanimation du CHU Oujda ont bénéficié de formations et entrainements sur les procédures d'habillage et déshabillage nécessaires afin d'éviter toute erreur et tout manquement en la matière, en plus des précautions supplémentaires visant à réduire la production de goulettes et aérosols et à limiter le risque de transmission.

Dans sa présentation à distance sur le thème "organisation de la réanimation en temps de Covid-19: quel lit pour quel malade?", Dr Housni a mis l'accent sur la capacité d'admission au service de réanimation du CHU Oujdaest pour le patients atteints de la Covid-19, notant que pour les patients non Covid, il existe 9 lits pour la réanimation des urgences et 10 lits pour l'anesthésie de réanimation.

Le président de SOS Médecins Sénégal, Dr Massamba Diop a souligné dans un exposé sous le thème "sommes nous tous égaux devant la Covid-19" que le port de masque et la distanciation physique sont parmi les mesures barrières strictes que tout un chacun doit adopter et respecter pour la prévention du Coronavirus, estimant à cet égard que "le logement et l'utilisation des transports en commun constituent des facteurs pouvant réduire les possibilités de distanciation".

D'autre part, le médecin généraliste Sanae Merimi, fondatrice d'une initiative citoyenne sous le nom "vers l'unité pour la santé", s'est penchée sur la problématique de l'implication des médecins généralistes privés dans la lutte contre la Covid-19. "Depuis dix mois, officiellement aucune instance n'a mis en place une coordination efficace institutionnelle validée pour impliquer les généralistes privés dans la lutte anti-covid-19", a-t-elle affirmé, soulignant que les généralistes privés représentent environ 30% des professionnels de la santé au Maroc.

Elle a, en outre, relevé dans sa présentation sur "la crise sanitaire vue par les médecins généralistes privés" que 87% de ceux-ci expriment leur malaise, 78% utilisent le téléphone comme outil privilégié de contact avec les patients, 53% ont établi un circuit Covid-19 dans leur cabinet, 89% s'engagent à assurer la continuité des soins et 70% proposent de s'impliquer dans les circuits Covid-19.

Durant les deux jours du vendredi et samedi, le 4è congrès international de la SMMU a proposé, en format semi-présentiel, des conférences et des ateliers sur des sujets intéressant le domaine des urgences dans tous ses aspects, la crise de la Covid-19 et ses effets multiformes, ainsi que son retentissement sur le personnel soignant.

La SMMU se fixe pour missions la promotion et le développement des connaissances scientifiques et professionnelles, dans tous les domaines d'exercice de la médecine d'urgence, ainsi que la promotion et le soutien de la recherche en la matière.

Elle veille aussi à la tenue de congrès et réunions scientifiques, à la publication d'ouvrages ou d'autres supports, l'élaboration de recommandations scientifiques ou professionnelles et à l'octroi de bourses et de prix, en plus de l'organisation de projets de recherche et éventuellement la recherche du financement.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.